LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

PHYTS 4-600X100
 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Quand des marques de cosmétiques s’engagent pour la Terre

22/04/2018 | Cosmétiques & Parfums | Siska von Saxenburg E-mail

FILLE NATUREL ECOLO

 

Les dérèglements climatiques, l'épuisement des ressources naturelles et la dégradation de l'environnement ne mobilisent pas que les spécialistes. A l’occasion de la Journée mondiale de la Terre, organisée ce dimanche, petit tour d’horizon des marques qui ont pris les devants.

Lush : défendre les hommes, les animaux et la nature

LUSH

Voilà près de vingt ans que Lush intègre les « bonnes causes » à sa stratégie commerciale, qu’il s’agisse du bien-être des animaux ou de l’utilisation du beurre de cacao issu du commerce équitable. En 2010, la marque crée le «Lush Price», d’un montant de 350 000 euros, pour la recherche sur des alternatives de tests aux animaux.

Ce printemps, pour le lancement du «Charity Pot », une crème pour les mains et le corps, la totalité des bénéfices sera reversée à l’association qui accueille les orphelins ukrainiens des zones contaminées par Tchernobyl.

Herbivore Botanicals : réduire l’empreinte carbone

HERBIVORE BOTANICALS

Crée en 2011 par Julia Willis et Alex Kummerow, deux Américains bases à Seattle (à gauche sur la photo), la marque a acquis sa réputation grâce à son savon au charbon de bambou. Tous les produits sont emballés dans du verre et des boites recyclables à partir de produits locaux. Les créateurs s’inspirent d’Hawaï, où ils passent une partie de l’année, en incorporant dans leurs formules de nombreux ingrédients tropicaux, comme la noix de coco, l’hibiscus, le jasmin, l’orchidée et l’ananas.  

RMS : changer les habitudes de maquillage

ROSE MARIE SWIFT

«Je connais le prix à payer pour notre santé dans la quête de la beauté», confiait en janvier 2017 la maquilleuse américaine Rose-Marie Swift au site Violet Grey. C’est en découvrant les effets nocifs sur sa santé des produits de beauté qu’elle utilisait depuis des années que la make-up artist a ouvert les yeux sur l’industrie dont elle faisait partie.  

Dénonçant le coût élevé des solutions prétendument rapides, elle décide de changer les habitudes de maquillage des femmes. En 2008, elle crée sa propre ligne de produits minéraux naturels non-toxiques, vite plébiscitée dans le milieu de la mode par des tops comme Gisèle Bündchen.

Davines : promouvoir la cosmétique durable

DAVINES

Pour sa gamme Oi, la marque a misé sur l’huile de roucou pour des produits capillaires totalement recyclables. Mais l’entreprise familiale s’engage aussi sur des projets innovants qui mettent en avant la durabilité, comme le programme «I sustain Beauty». Il s’agit d’un appel visant à «éveiller les consciences», pour encourager les gens à prendre soin d’eux et de l’environnement dans lequel ils vivent et travaillent.

Sana Jardin : donner du travail aux femmes

SANA JARDIN

Basée à Londres, mais très active au Maroc, cette marque de parfums de niche a tout misé sur l’éthique : flacons et bouchons recyclables, parfums garantis sans colorant artificiel, ni parabène, formaldéhyde et phtalates.

Au programme, déjà sept fragrance dont la toute dernière, «Berber Blonde», un mariage addictif de fleur d’oranger, d’huile de neroli et de musc. Mais la créatrice, Amy Christiansen Si-Ahmed, va plus loin en donnant à ses employées au Maroc la possibilité de créer leur propre affaire avec des produits dérivés des parfums.

Yves Rocher : réduire et recycler

YVES ROCHER

Voilà déjà quelques années que la marque a réorienté sa communication vers la protection de la planète. En 2017, elle lance le premier gel douche concentré avec une formule brevetée biodégradable, un flacon recyclable, 50% de plastique en moins, et donc une réduction des émissions de gaz à effet de serre.  

Une seule noisette de cette formule suffirait à laver les cheveux sans les agresser. Une initiative de slow cosmétique d’autant plus intéressantes, qu’elle s’adresse à tous les budgets : le shampoing «I love my planet» sera disponible à partir de juin pour 2,95 euros.

 

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

INSCRIPTIONTION NEWSLETTER

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.

Site développé par Webcréa s.a.r.l. | création graphique Kumquat