LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Edito. Les esthéticiennes ont-elles le droit de savoir ?

29/03/2015 | EDITO | Georges Margossian E-mail

 


01-LEDROITDESAVOIR 3

Les esthéticiennes, aussi, ont le droit d’être informées. Leur apporter chaque jour les informations dont elles ont besoin pour leur activité, comme à l’ensemble des professionnels de la beauté et du bien-être, c’est d’ailleurs notre seule ambition.
 
Même si quelques-uns, considérant sans doute que l’ensemble des esthéticiennes devrait être à leur service, ne sont visiblement pas encore prêts à accepter des faits ou des propos qui dérangent leurs préjugés ou leurs intérêts. Certaines réactions corporatistes suscitées par la publication récente d’une interview du patron du groupe Guinot, Jean-Daniel Mondin, ou d’un article relatant la faible mobilisation des esthéticiennes lors de la manifestation du 23 mars, à Paris, en témoignent.
 
Soyons clairs. Depuis notre création (Profession bien-être s'appelait auparavant Proguidespa.com > ), nous avons toujours suivi l'actualité de la profession esthétique. Manifestation du 29 septembre 2008, QCP, auditions au Sénat, lutte contre les masseuses clandestines, normes Afnor... Nous avons toujours été là pour informer chaque jour les esthéticiennes sur une actualité qui les concernait directement.
 
Même si cela peut susciter, de temps à autre, quelques grincements de dents, nous nous sommes efforcés de ne défendre qu’une seule chose : rendre publics - et sans parti pris - tous les faits susceptibles d'intéresser les professionnels, esthéticiennes ou non. Libre à ces derniers, ensuite, de se forger leur propre opinion.
 
Et cela ne passe pas par la diffusion automatique de «communiqués» rédigés avant tout pour servir  les intérêts promotionnels des marques, des entreprises ou des organisations professionnelles. Cela ne passe pas non plus par la censure de certaines personnalités du secteur, comme s’il existait une liste «cachée» de personnes qui n’auraient pas l’heur de plaire aux arbitres autoproclamés des élégances professionnelles.
 
Il s’agit, pour nous, de participer avec loyauté, ensemble, dans un environnement encore bien peu structuré, à la construction permanente d'un espace public où aucun acteur ne confisquerait le pouvoir à son seul profit. Pour nous, le défi est simple : il s’agit de donner aux professionnels, à tous les professionnels, créateurs ou exploitants, ce qu’ils attendent de nous, une information vérifiée et sourcée, alors qu’Internet, en bousculant les frontières traditionnelles où la vieille presse professionnelle voulait enfermer son public, rend cette nécessité de plus en plus urgente.  
 
Dans ces conditions, il nous paraît légitime de donner la parole à toutes celles et à tous ceux qui ont quelque chose à dire sur leur métier. Nous avons donc réfléchi, à Profession bien-être, sur les suites que nous pourrions donner aux réactions que nos articles ont pu provoquer - certaines indignées, d’autres, beaucoup plus nombreuses, pour nous soutenir. Nous allons ouvrir davantage nos colonnes. Pas pour commenter la dernière sortie d’un produit, mais pour que vous puissiez vous retrouver et parler de l’essentiel : votre métier, vos difficultés et votre avenir.

Georges Margossian
Rédacteur en chef de Profession bien-être

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

GUIDE DES FOURNISSEURS

ÉQUIPEMENTS

GESTION

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.