LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

PHYTS 4-600X100
 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

« Ce qui manque dans le fitness ? Savoir s’occuper humainement des gens ! »

20/05/2014 | Fitness | Georges Margossian E-mail

VERONIQUEA l’heure où les « seniors » n’ont jamais été autant sollicités pour se mettre au sport et au régime, le CMG Sports Club lance «silver tonic», une activité spécialement conçue pour eux par Véronique de Villèle. Elle animera à partir du 26 mai quatre cours par semaine dans quatre clubs parisiens du réseau de l’ex-Club Med Gym* : One Denfert, One Grenelle, One Vaugirard et Waou Auteuil.

Profession bien-être : On se souvient de votre émission culte, Gym Tonic, que vous animiez avec Davina dans les années 80. On bouge désormais moins dans vos cours ?

 
Véronique de Villèle : Oui, mais je garde le même état d’esprit ! C’est un cours de barre au sol que je donne depuis trente ans. Mon premier objectif, c’est qu’il donne une espèce de pêche, d’énergie, de sourire et de moral ! Je le démarre donc de façon un peu tonique, debout, avec des échauffements, puis, au bout de quelques minutes, on passe au sol, avec des exercices d’étirement. J’essaye de le rendre le plus sympathique possible. Je suis aussi très exigeante sur le placement du dos. C’est un vrai problème. Les gens dans la rue sont voûtés…
 
Nous sommes loin d’une ambiance survoltée de cours collectif…

C’est vrai. J’essaye de ne pas faire ce que tout le monde fait, des cours pré-chorégraphiés, même si j’utilise beaucoup la musique, mon vrai support de travail. C’est un perpétuel échauffement qui part des chevilles jusqu’aux épaules pendant une heure. J’improvise, je m’adapte aux gens qui assistent à mon cours. Je ne reproduis jamais tout à fait la même chose. On travaille le dos, la sangle abdominale, mais aussi la tête ! La mémorisation du mouvement, c’est hyper important. A partir d’un certain âge, les gens oublient vite, mais je leur tends des pièges….
 
Vous semblez très bien connaître votre public. Qui sont vos élèves ?

J’ai mis au point ce cours pour des seniors, mais il est ouvert à tout le monde, notamment aux trentenaires qui viennent régulièrement. Les âges sont donc assez variés, entre 40 et 75 ans, en moyenne. J’ai même une femme de 79 ans qui prend mon cours tous les matins. C’est pourquoi je ne peux pas avoir un comportement standard. J’essaye toujours de personnaliser mes interventions. Après tout, pourquoi un senior ne pourrait pas suivre un cours avec des filles qui ont 35 ou 40 ans ? En général, les gens s’inscrivent dans un club, mais ils n’y retournent pas, car ça les ennuie…
 
Les seniors ont des attentes particulières ?

Oui. Ils veulent qu’on s’occupe d’eux.
 
C’est-à-dire ?

Je me bats pour que les professeurs aient ce côté humain que l’on n’a plus dans les clubs de fitness. Cela passe par des choses simples. Quand on voit une personne arriver dans un club la première fois, et c’est fréquent pour les seniors, il faut qu’on lui dise à l’accueil : « bonjour, comment allez-vous ? Est-ce que je peux vous aider ? ». Le mot « aider » est oublié de nos jours… On va ensuite lui poser des questions précises pour savoir où on peut la diriger, et elle saura très vite si c’est fait pour elle.
 
Depuis Gym Tonic, les clubs ont changé ?

Il y a maintenant une multitude de clubs, de cours, parfois avec des appellations encore trop compliquées et trop de services proposés, mais, en même temps, ça incite le public à venir et à bouger. Et puis, avant, vous aviez des gens qui ouvraient des clubs et prenaient n’importe qui pour faire comme Véronique et Davina… Aujourd’hui, les professionnels sont compétents. La seule chose qui manque, c’est de savoir s’occuper humainement des gens. Ce qui n’est pas normal, c’est qu’un prof rentre dans un cours et ne sache pas qui il a en face de lui...
 
Avez-vous le sentiment de faire de la prévention ?

Cela va peut être vous paraître prétentieux, mais, franchement, oui ! On n’a rien inventé, Davina et moi. Le fait de s’occuper des gens, de leur montrer un mouvement, de leur expliquer à quoi il peut servir et comment il faut l’exécuter, et surtout de montrer la mauvaise posture, et ça, c’est de la prévention pour le corps !
 
D’où votre participation en tant que membre actif à la Fondation pour la recherche sur Alzheimer… Le sport, c’est un moyen de prévenir la maladie ?

Evidemment ! Ce qui me réjouit, c’est quand le professeur Bruno Dubois (président du Comité scientifique, ndlr) et le docteur Olivier de Ladoucette (président de la fondation, ndlr) disent haut et fort : « entretenez votre corps, faites du sport, vous aurez moins de risque de développer la maladie ».
 
Propos recueillis par Georges Margossian.

* CMG Sports Club propose aussi un nouveau tarif « spécial senior » pour les plus de 65 ans, à partir de 60 euros par mois.

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

INSCRIPTIONTION NEWSLETTER

ÉQUIPEMENTS

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.

Site développé par Webcréa s.a.r.l. | création graphique Kumquat