LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Esthétique : déjà championne de France, et ce n’est pas fini…

12/04/2015 | Métiers de la beauté | Georges Margossian E-mail



01 MARION GUILHEMJOUAN

 

Vingt-quatre jeunes esthéticiennes s’affronteront du 10 au 16 août 2015 à São Paulo, au Brésil. Parmi elles, Marion Guilhemjouan, la candidate française, qui a décroché une médaille d’or aux Olympiades des métiers, vient d’entamer sa préparation physique et mentale. 

Grosse semaine pour Marion, qui a repris le chemin de l’entraînement à Bugeat, dans le Limousin, deux mois après  avoir brillé à Strasbourg, au bout des trois jours d’épreuves nationales organisées par WorldSkills. Du 30 mars au 3 avril, la jeune femme de 20 ans a partagé avec 44 autres candidats les joies et les souffrances d’un entraînement qui n’avait rien d’une cure, même detox, dans un spa.
 
Lever aux aurores, course à pied et pompes avant le petit-déjeuner, chronométrage des exercices, étirements, puis soutien mental, pour apprendre à tenir le coup... Chaque jour, l’objectif était le même jusqu’à 19h : apprendre à se dépasser. «Je peux vous dire que j’ai de belles courbatures !», plaisante aujourd’hui Marion, les muscles endoloris, mais le mental plus que jamais raffermi.
 
Après son BTS, elle se consacre à la compétition

A l’âge où les adolescents ne savent pas encore ce qu’ils vont faire plus tard, la jeune landaise, elle, voulait déjà devenir esthéticienne. «Toute petite, j’ai toujours été très féminine, j’adorais tout ce qui touchait au monde de la beauté. Puis, en 3e, j’ai choisi de faire un stage dans un institut, et là, énorme coup de cœur !», assure la championne de France en soins esthétiques.
 
Depuis, elle n’est jamais revenue sur son choix. «Quand on voit une cliente sortir de la cabine avec le sourire, l’air reposé, en vous disant ‘vous m’avez fait un bien fou’, c’est un pur bonheur !» Après avoir obtenu un bac professionnel, elle prépare à Marseille un BTS esthétique-cosmétique. Son diplôme en poche, en juin 2014, elle prend alors une nouvelle décision qui changera le cours de sa vie.  
 
«On entend beaucoup parler à la télé des meilleurs ouvriers de France, en chocolaterie ou en pâtisserie, mais jamais dans l’esthétique. Je me suis alors demandée pourquoi. C’est aussi un métier artisanal, non ? J’ai donc cherché sur Internet ce qui existait comme concours et je suis tombée sur les Olympiades des métiers», explique Marion, remontée à bloc.
 
Elève douée, elle étonne ses professeurs par ses choix

Il faut dire que sa motivation a été mise à rude épreuve, et plus d’une fois. Les préjugés ont la vie dure. «L’esthétique est un métier dévalorisé. Quand on dit qu’on est en bac pro, on entend souvent la question : ‘mais qu’est-ce qui s’est passé ?’ Cela venait d’abord des professeurs. Parce que j’étais assez douée à l’école, ils voulaient que j’aille en lycée général. Puis les parents de mes camarades, qui ne me voyaient pas en Seconde, me questionnaient ensuite comme si j’avais raté quelque chose…», raconte la jeune femme.
 
Sa réussite aux Olympiades des métiers, c’est donc un joli pied de nez. Tout a commencé en avril 2014 avec les éliminatoires départementales, puis régionales, qu’elle gagne en tant que candidate de la région Paca. «Il fallait gérer à la fois le stress des épreuves et la préparation de mon BTS», se souvient-elle. Fin janvier, les championnats de France rassemblaient 17 finalistes dans la catégorie «soins esthétiques». Ils ont duré deux jours et demi.
 
« Cette fois, on a une coache et une experte internationale pour nous aider à préparer les épreuves. On est beaucoup mieux encadrés.», estime Marion. En effet, si les médaillés d’or ont droit à une préparation technique de haut niveau, y compris physique, ils vont aussi se perfectionner dans des établissements sélectionnés par Worldskills.
 
Son rêve ? Manager un grand spa dans un hôtel de luxe

Pour Marion, c’est l’école d’esthétique Peyrefitte, dont les cours sont dispensés à Lyon et à Aix-les-Bains, qui va l’accueillir quelques jours dès la semaine prochaine. Elle ira ensuite s’entraîner en l’Angleterre avec l’une de ses futures concurrentes… Plusieurs semaines d’entraînement viennent ainsi soutenir l’effort des candidats.
 
Et après ? Quand le maquillage fait tourner la tête de nombreuses esthéticiennes, qui se voient derrière les tapis rouges en make-up artists, Marion, elle, se réjouit d’avoir plusieurs spécialités à sa disposition. « C’est justement ce qui me plaît dans ce métier !» Elle se voit déjà championne du monde au Brésil. Difficile, face à 24 candidates aguerries, de s’investir à moitié !
 
Elle ira ensuite s’inscrire en licence professionnelle de management. Son rêve ? Manager une entreprise, mais sans lâcher les soins. Et pas n’importe laquelle : «le plus grand spa possible, parce que j’aime viser toujours plus haut, plus loin…» Rendez-vous, donc, le 10 août, à São Paulo.
 
SUR LE MÊME SUJET
Olympiades des métiers : la France candidate à l’organisation mondiale pour 2019
Olympiades des métiers : l’esthétique en lice pour les finales nationales

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

partenaires formation

INSCRIPTIONTION NEWSLETTER

FORMATIONS

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.