LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Le métier d’esthéticienne, côté coulisses, dévoilé par un historien

24/06/2015 | Métiers de la beauté | Georges Margossian E-mail


01-METIER ESTHETICIENNE

 

Loin du jargon académique des chercheurs, l’historien Ivan Jablonka a réussi le tour de force de brosser en moins de cent pages un portrait en creux du quotidien des esthéticiennes. Une mise à nu intéressante qui ne devrait pas laisser indifférentes les intéressées elles-mêmes.

«L’esthétique recèle une violence que l’on ne peut ignorer»… Ivan Jablonka, professeur d’histoire à l’Université Paris 13, avance en aveugle dans un environnement qu’il ne connaît pas. «Mon sentiment d’étrangeté provient de mon inexpérience, mais aussi, à l’évidence, de mon sexe. Être un homme n’est pas inutile pour comprendre un univers de femme», écrit-il en guise de préambule.

Agressivité de certaines clientes, impolitesse, exigences, condescendance… Entre le rêve glamour et les réalités du métier, l’auteur déchire peu à peu le voile de pudeur dont la profession aime parfois se couvrir. Car si la beauté et le bien-être ont le vent en poupe, l’envers du décor, lui, est souvent masqué au public. L’esthéticienne est d’abord «celle qui rend belle».

«J’écoute, je ne parle jamais»

Ivan Jablonka évite la caricature. Les témoignages de douze esthéticiennes l’aident à évoluer dans cet univers finalement très normé. A elles-seules, elles représentent trois générations de femmes, installées en ville ou à la campagne, dans de très chics établissements parisiens ou à leur compte. Et c’est tout l’intérêt de ce petit livre : ne pas s’en tenir aux clichés. Percer, à travers leur regard, une réalité.

A mi-chemin entre la sociologie, l’histoire et la littérature, l’ancien élève d’Alain Corbin fuit l’académisme. Les esthéticiennes se confient. «J’écoute, je ne parle jamais. Un jour – la journée avait été catastrophique -, une cliente me dit : ‘Tout vous sourit, Jocelyne. Quel est votre secret ?’ Elles ne peuvent pas s’imaginer une seconde», raconte l’une d’entre elles.

L’intimité physique, l’humiliation sociale, la pénibilité du travail… Elles expriment un point de vue qui effleure rarement l’esprit de leurs clients. L’esthéticienne écoute, parle peu. Elle balance entre psy et coach. «On lui confie ses espoirs et ses désirs, mais on lui sous-traite les tâches déplaisantes qu’on répugne à effectuer soi-même», résume l’auteur.

Le sentiment d’être un «larbin»

Le corps est à la fête, de nos jours. Un chapitre sur l’hygiène des clientes ramène le lecteur au côté obscur du métier... Un sujet tabou dans un monde qui valorise la beauté et la féminité. «Les esthéticiennes font la comparaison avec les professions médicales : ces mêmes femmes se laveraient les dents avant d’aller chez le dentiste, feraient une toilette intime avant d’aller chez le gynécologue.», relève l’universitaire.

Le glamour aseptisé du spa vendu par des magazines en papier glacé est bien loin. Celles qui ont travaillé dans les instituts de luxe ou les palaces parisiens ont le sentiment d’être un «larbin», un «chien», une «merde», écrit Ivan Jablonka. Mais alors, pourquoi choisir ce métier ? «Qu’elles travaillent à Paris, en banlieue ou à la campagne, toutes les esthéticiennes le disent : ce n’est pas un métier qui paie. Esthéticienne, ça ne décolle jamais du smic, 1 300 nets en fin de carrière. Mais l’avantage, c’est qu’il y a toujours des postes : si on perd son travail, on en retrouve facilement», répond l’auteur.

Sans doute aurait-on pu y rajouter d’autres motivations, moins terre-à-terre celles-là, comme la passion ou l’envie d’être utile aux autres. Dans un second tome ?

Ivan Jablonka, Le corps des autres, Seuil. 

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

partenaires formation

INSCRIPTIONTION NEWSLETTER

FORMATIONS

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.