LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Le métier d’esthéticienne exige des qualités commerciales

20/04/2011 | Métiers de la beauté | Georges Margossian E-mail

L'esthétique ne se résume pas aux seuls soins visage ou corps. Des qualités commerciales sont aussi nécessaires, avec un solide sens pratique !

Côté coulisses, le métier d’esthéticienne comporte des aspects qui ne sont pas toujours très glamour...Vérifier les arrivages, ranger les étagères et nettoyer les cabines, cela fait aussi partie du quotidien de l’esthéticienne. Au milieu d’une ambiance survoltée, les relations avec les collègues et la hiérarchie peuvent parfois poser des problèmes. 

C’est peu dire que le métier exige une certaine résistance physique, surtout dans des soins comme le drainage esthétique ou le modelage amincissant. Les longues positions debout ne conviennent pas à des personnes présentant des troubles circulatoires. Il faut aussi aimer le toucher et posséder une certaine empathie. Il s’agit d’un vrai métier de service, où la qualité de la relation client fait la différence.

Apprendre à vendre des cosmétiques

L’accueil doit être chaleureux, le sourire constant, la présentation, bien sûr, impeccable. Et ce n’est pas tout. Pour gagner raisonnablement sa vie, des qualités commerciales sont aussi indispensables, car les établissements accordent souvent un pourcentage sur le chiffre d’affaires des produits à la revente. Des compétences à acquérir qui ne sont pas toujours évidentes : une personne tournée vers le soin et la relation à l’autre n’est pas forcément douée pour vendre des cosmétiques !

En général, la majorité des esthéticiennes renâclent à l’idée de se positionner comme « vendeuses de produits », mais les meilleures d’entre elles tournent la difficulté en se positionnant comme prescriptrices. Ces dernières ont compris qu’elles détenaient un savoir qui les rendait apte à conseiller efficacement leur clientèle. D’ailleurs, leur rôle de « conseil » est de plus en plus mis en avant, notamment pour la commercialisation de produits dont la formation est assurée par les marques.

Il leur faut aussi faire preuve de curiosité et d’une grande faculté d’adaptation, car l’utilisation de nouvelles technologies devient chose courante dans la profession. De la dermabrasion à la lumière pulsée, les innovations se succèdent depuis dix ans et exigent un personnel réactif et formé aux dernières techniques.

 

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

partenaires formation

WIKISPA

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.