LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Olympiades des métiers : 39 jeunes sélectionnés pour la finale mondiale

4/05/2017 | Métiers de la beauté | Aude Ferbos E-mail

OLYMPIADES

Le 2 mai, WorldSkills France a dévoilé la composition de l’équipe qui portera les couleurs de la France à Abu Dhabi, en octobre. En lice, pour la coiffure, le Normand Mathieu Léger, tandis que Noémie Badey (Auvergne-Rhône-Alpes) concourra dans la catégorie «soins esthétiques».

Après les finales nationales, début mars, la consécration. L’organisation française de la WorldSkills Competition a dévoilé mardi le nom des 39 jeunes de moins de 23 ans, qui représenteront la France aux Emirats arabes unis, du 14 au 19 octobre.

Au total, 62 pays s’affronteront lors de cette compétition mondiale, organisée tous les deux ans, soit plus de 1 000 jeunes venus mesurer leur savoir-faire dans 52 métiers différents1, allant de l’industrie, aux métiers du bâtiment, jusqu’à la coiffure et à l’esthétique. Lors de la précédente édition, à Sao Paulo, au Brésil, en août 2015, la France s’est placée au 8e rang mondial et a remporté neuf médailles (deux d’or, quatre d’argent et trois de bronze) et dix-huit médailles d’excellence.

Cette année, c’est Mathieu Léger, 21 ans, basé près de Caen, dans le Calvados, qui portera les espoirs français pour la coiffure, tandis que Noémie Badey, même âge mais originaire de Châtillon (Rhône), tentera de devenir championne du monde dans les soins esthétiques. Ces deux médaillés d’or ont été sélectionnés par l’organisation et l’équipe d’encadrement à l’issue d’une semaine de préparation, où les finalistes nationaux ont été observés de près. 

La sélection n’a pas été facile en esthétique

«Cela n’a pas été simple de choisir», confie Valérie Germani, coach et experte technique en esthétique jusqu’aux finales nationales. D’autant que, dans cette catégorie, les médaillées or et argent, Noémie Badey et Mylène Calabre, avaient obtenu des notes très proches. Mais, les règles sont les mêmes pour tous, une seule devait être sélectionnée…

NOEMIE BADEY«Ce sont deux belles personnes, toutes deux avec le même esprit de compétition, chacune avec ses forces et ses faiblesses, son caractère. L’une était plus forte en organisation, en rigueur et en extension de cils, l’autre, plus douée en massages. Pour les départager, on a organisé des «battles» de pose de vernis. J’ai aussi changé les sujets au dernier moment, pour tester leur adaptabilité et leur réaction en situation d’urgence», raconte Valérie Germani. Un critère crucial pour l’ultime épreuve. Et il ne faut pas le négliger : à Abu Dhabi, les sujets ne seront annoncés que la veille du concours !

Noémie Badey, qui a déjà plongé à pieds joints dans la préparation, ne cache pas sa joie, mais elle sait aussi qu’elle doit encore beaucoup travailler. «Il y a une grande marche entre les finales nationales et internationales», reconnaît Valérie Germani. Pour augmenter ses chances de réussite, sa coach a monté une équipe métier autour d’elle, notamment Carole Peyrefitte, sacrée «Meilleur ouvrier de France », et Marine Sarrazin, experte en soins esthétiques. 

Une préparation de « sportif de haut niveau »

«Elle doit s’entraîner tous les jours, y compris à la maison. Quand elle maquille, elle nous envoie les photos, on lui renvoie nos commentaires. On communique aussi via Skype, entre les déplacements», poursuit Valérie Germani. Et ce n’est pas fini : Noémie sera encadrée trois fois par semaine par un coach sportif, pour affûter sa condition sportive et mentale. Bref, une préparation digne d’un sportif de haut niveau.

Fin mai, toute l’équipe de France participera à une semaine de préparation physique et mentale, une deuxième suivra en septembre avant le départ pour Abu Dhabi. Objectif : «créer une cohésion nationale et pousser les candidats dans leurs retranchements». Prochaine étape : en juin, Noémie Badey participera aux finales chinoises des Olympiades des métiers à titre d’invitée. Un bon exercice en conditions réelles de concours. En esthétique, la dernière médaille mondiale remonte à 2007 :  au Japon, Audrey Lacoste avait alors décroché l’argent.

Un seul objectif : « décrocher un podium »

MATTHIEU LEGERCôté coiffure, Mathieu Léger n’est pas en reste. «C’est une fierté de représenter la France, un accomplissement d’aller à Abu Dhabi, la première étape est franchie», dit celui qui affiche clairement son but : «décrocher un podium». Et comment ne pas y croire quand on sait que la France a été médaillée en coiffure en 2007, 2009, 2011, 2013 et 2015 ! «Le style français plaît beaucoup à l’international», poursuit le candidat.

Mais pour lui aussi, l’heure est à la préparation. Pour s’entraîner aux neuf épreuves du concours international, Mathieu Léger s’est entouré de spécialistes de haut niveau. A ses côtés, Justine Gaubert, médaillée d’argent à Sao Paulo en 2015, mais aussi Marie-Claire Fajoux, «Meilleur ouvrier de France», et l’expert en coiffure Romain Mouynet.

(1) Cette année, la France est représentée dans 34 métiers.

SUR LE MÊME SUJET
Olympiades des métiers : zoom sur trois finalistes en esthétique et coiffure

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

partenaires formation

WIKISPA

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.