LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Ostéopathie : Bernard Debré promet un nouveau texte s’il est réélu

1/04/2012 | Métiers de la beauté | Georges Margossian Imprimer E-mail
DEBRE-2-600X200

Le député UMP a promis qu'il représenterait une proposition de loi pour mieux réglementer l'ostéopathie s'il était réélu en juin, lors d'une réunion avec des professionnels qui s'est tenue samedi matin au salon européen de l'ostéopathie, à Paris.

Initiateur d'une proposition de loi portant sur la création d'un haut conseil de l'ostéopathie et de la chiropraxie, Bernard Debré a exposé aux ostéopathes, au cours d'une réunion parfois houleuse, son point de vue sur un métier reconnu par la loi Kouchner de 2002 mais dont les décrets d'application signés en mars 2007 ont laissé de nombreuses questions en suspens.

« Il y a trop d'écoles avec des différences de niveaux incroyables. Si rien n'est fait, les ostéopathes vont perdre la reconnaissance qu'ils ont acquise. », a déclaré le député. Il propose de mettre en place un schéma d'études de type LMD (licence, master, doctorat), un numérus clausus (il y a actuellement 18 000 ostéopathes en France) et un haut conseil qui surveillerait l'exercice de la profession, trancherait les litiges et « ferait le ménage » dans les écoles.

En préparation depuis trois ans, sa proposition de loi n'a pas pu être inscrite à l'ordre du jour avant la fin de la session parlementaire, en mars dernier. « Il y a eu des influences très fortes de la part des kinés. », a reconnu le professeur de médecine, qui devra, en cas de réélection, trouver un moyen de mettre tous les professionnels d'accord, ostéopathes, kinés et médecins, avant de proposer un nouveau texte. Un pari qui semblait encore bien difficile à gagner, le 30 mars, même parmi les ostéopathes, quand, dans la salle, plusieurs voix se sont fait entendre pour remettre en question toute initiative parlementaire et privilégier la voie réglementaire. En effet, un décret visant à renforcer les conditions d'agrément des écoles devrait être signé prochainement.

 

LIRE AUSSI :
Manifestation : les ostéopathes réclament un enseignement de qualité
Ostéopathie : « On assiste à une précarisation des jeunes professionnels »

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

partenaires formation

WIKISPA

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.