LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Tai chi chuan, un art de vie à découvrir dans toute sa richesse

| Métiers de la beauté | Nicolas Desaje E-mail
TA-CHI-CHUAN-650X217

Eloge de l'extrême lenteur... Pas besoin d'être un spécialiste pour constater que cette passionnante discipline qui fait partie des arts martiaux chinois vient d'une époque différente de la nôtre, où tout n'est que vitesse et compétition. Ses mouvements « offensifs et défensifs » se succèdent dans une suite d'enchaînements, exécutés avec souplesse et relâchement, dans un cadre mental où la méditation n'est jamais absente. Et pour accroître le dépaysement, les noms de ses séquences évoquent souvent des animaux avec un brin de poésie : « saisir la queue de l'oiseau », « la grue blanche déploie ses ailes », « emporter le tigre à la montagne » ou « ramasser l'aiguille au fond de la mer »...

En France, on le classe souvent comme une pratique de gymnastique douce ou un sport de combat, mais c'est mal connaître le tai chi chuan. Un art de vivre désormais très en vogue, mais qui s'est progressivement construit au fil des siècles, en Chine, en s'imprégnant des notions de taiji, de dao, de yin et de yang. Le risque, en Occident, c'est de n'aborder cette discipline que par son petit bout sportif, car ses pratiques sont « infiniment plus complexes qu'on ne le suppose à première vue. », insistent le docteur Marianne Plouvier et Bruno Gérentes, auteurs de ce tout récent Que sais-je ?, dont le principal mérite est de nous apporter un éclairage approfondi sur cet art martial, qui attire 30 000 pratiquants dans l'Hexagone.

L'exercice est d'autant plus salutaire que l'histoire du tai chi chuan n'est guère linéaire... Son enseignement a été transmis oralement de maîtres à disciples jusqu'au début du siècle dernier. Et dans l'Empire chinois, rien n'était simple, entre les écoles traditionnelles, la vie sociale, les liens familiaux et les relations de loyauté et d'amitié ! « La transmission de ce qui a abouti au tai chi chuan aujourd'hui, jusqu'à récemment, s'est faite à très peu de disciples, dans le respect d'un état d'esprit, au sein d'une famille, d'un clan, d'une école. », expliquent les auteurs. Et c'est sous l'effet de l'épuration par le communisme, à partir des années 1950, que le tai chi chuan est sorti de Chine pour être enseigné un peu partout dans le monde à travers ses styles les plus connus : Yang et Chen.

En France, les professeurs sont diplômés

Comment débuter ? S'il n'est pas nécessaire d'avoir des connaissances livresques pour démarrer, l'apprentissage doit se faire sous la conduite d'un professeur bien formé pour progresser, rappellent les auteurs. En France, ce dernier doit être diplômé de la Fédération Française de Wushu, arts énergétiques et martiaux chinois, contrairement aux autres pays européens et aux Etats-Unis. Mais tous ses pratiquants ne recherchent pas le même enseignement, entre les adeptes de la compétition sportive et ceux qui aspirent à de nouvelles techniques de santé, dont de récentes études indiquent que le tai chi chuan serait source de multiples bienfaits, pour les bien portants comme pour les malades. Bref, une discipline à découvrir, ou à redécouvrir, dans toutes ses dimensions. Et ce petit livre y contribue avec rigueur.

 

TAI-CHI-CHUAN




« Le tai chi chuan »,
Marianne Plouvier et Bruno Gérentes,
Que sais-je ? éditions PUF.

 

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

partenaires formation

INSCRIPTIONTION NEWSLETTER

FORMATIONS

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.