LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

PHYTS 4-600X100
 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

« Un des meilleurs ouvriers de France » : les candidats dans les starting-blocks

18/12/2017 | Métiers de la beauté | Aude Ferbos E-mail

MOF2019

 

Les sélections vont démarrer ! Les épreuves qualificatives du prestigieux (et difficile) concours «Un des meilleurs ouvriers de France» se dérouleront en janvier pour la coiffure et en avril pour l’esthétique. Ambiance. 

Si le «col tricolore» est plus médiatisé que jamais, notamment dans les métiers de bouche, n’est pas «meilleur ouvrier de France» qui veut. Et c’est en ce moment que débutent les sélections pour la 26e session, un concours créé en 1924 afin de récompenser la maîtrise technique et l’habileté manuelle. Au total, 232 métiers sont représentés, dont la coiffure, avec 64 candidats inscrits, et l’esthétique, avec 48 inscrits.

Parmi eux, Mireille Avice, à Coulvain, dans le Calvados, coiffeuse depuis 32 ans et gérante de son propre salon depuis 14 ans. Pour elle, l’exigence est une évidence. D’autant qu’elle a assisté une collègue à l’occasion de la dernière session du concours. «Je lui ai prêté mon salon pour s’entraîner, ma fille a servi de modèle, et je l’ai accompagnée en finale à Caen. Maintenant, c’est mon tour !», s’enthousiasme-t-elle. Après deux ans et demi d’entraînement et d’accompagnement, Mireille Avice est prête.

A 47 ans, elle voit ce concours comme un «challenge», une façon de terminer en beauté, mais aussi de transmettre sa passion. Très impliquée dans la formation et l’organisation régionale des Olympiades des métiers, elle veut «montrer qu’on peut s’éclater dans cette branche, rendre les gens beaux et leur apporter du rêve». La compétition lui permet aussi de sortir de la routine et d’aller de l’avant : «c’est important de rester dynamique quand on travaille dans une commune de 3 000 habitants servie par cinq salons de coiffure !» Rendez-vous, donc, pour les qualifications, le 21 janvier, à Marseille, ou le 28 janvier, à Bobigny (selon les départements d’origine).

« Il n’y a pas de préparation en amont »

Au programme, quatre épreuves et un référentiel chargé. «D’ailleurs, entre l’inscription réalisée sur Internet et la présentation aux épreuves qualificatives, il y a beaucoup de pertes», prévient Denis Wittmer, président de la classe coiffure pour les MOF. «Très vite, les candidats constatent le niveau d’exigence requis. Et c’est d’autant plus difficile qu’il n’y a pas de préparation en amont pour garantir l’égalité des chances», poursuit l’expert. Parmi les épreuves, une coiffure crantée modernisée (45 minutes), une coupe homme (45 mn), un montage technique et artistique (60 min) et une coloration coupe brushing tendance (3h30).

Objectif : «montrer que les bases sont solides pour affronter la finale de novembre 2019». Les candidats s’y prépareront via des formations proposées par les syndicats professionnels. Avec, au menu, une coupe création libre (40 min), une coiffure de mariée (45min), une coupe transformation libre modèle homme (40 min) et une coiffure thématique : un art et son artiste sur deux modèles homme et femme (110 min). Pour décrocher le Graal, il faut avoir 18 sur 20 partout…

«Selon l’âge auquel on devient MOF, l’enjeu et les incidences professionnelles ne sont pas les mêmes. Certains tentent l’aventure à la fin d’une carrière. En cas d’obtention, c’est la cerise sur le gâteau. Pour les jeunes, le titre agit comme un tremplin». Denis Witmer sait de quoi il parle : ayant décroché le col tricolore à 24 ans, il a soudain vu de grandes maisons lui dérouler le tapis rouge.

Ambassadeur de marque, défilé de mode, formations de haut niveau… «C’était juste royal, ça a lancé ma carrière. Et pour le salon, c’est vecteur de chiffre d’affaires », mais aussi un excellent support de communication si l’on considère que la presse locale et régionale relaye la nouvelle. Un levier d’autant plus fort que Denis Witmer exerce à Mulhouse. Loin de Paris.  «Le retour sur investissement est garanti», assure-t-il.  

« Faire ce métier au plus haut niveau »

En Vendée, c’est aussi ce qu’espère Anthony Zeler, qui concourt dans la classe esthétique et art du maquillage. D’autant que, pour cet esthéticien de 31 ans installé en Vendée, l’enjeu est de taille : malgré son cursus - CAP d’esthétique, formations en massages, expérience en thalassothérapie, en nail art - Anthony ne trouve pas de travail. «Les instituts ne veulent pas d’hommes en cabine», soupire le jeune homme, qui a créé son propre institut de beauté à La Rochelle, en février dernier.

«Je me suis lancé dans l’aventure des MOF pour obtenir la reconnaissance et prouver qu’un homme peut faire ce métier au plus haut niveau». Il a l’habitude des défis : à 21 ans, il était déjà «Meilleur apprenti de France». Mais, pour cette session, le jeune candidat est un peu inquiet, car le référentiel est très large et l’organisation tarde à se préciser. «Il reste peu de temps pour se préparer », regrette-t-il.

Effectivement, Céline Gentile, présidente de la classe esthétique et art du maquillage, a été nommée tardivement à l’organisation du concours du MOF. Directrice d’une école d’esthétique, à Dijon, elle vient tout juste d’annoncer via Internet la date des épreuves qualificatives, du 3 au 5 avril. «On vient juste de finaliser les sujets, la matrice et la grille d’évaluation», précise-t-elle. Au programme, deux épreuves de 3h30 (beauté du visage et du corps, épilation et prothèse ongulaire, un maquillage beauté, maquillage du visage artistique, ongle) et une soutenance professionnelle orale. Pour être qualifié, il faut obtenir la moyenne dans toutes les matières. Mais le jeu en vaut la chandelle, insiste Céline Gentille, car l’obtention du titre ouvre des «perspectives professionnelles intéressantes».

Référentiel esthétique – maquillage, ici
Référentiel coiffure, ici 
Sujet qualificatif coiffure, ici

 

 

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

partenaires formation

VETHIS INTERNATIONAL
ESI
AZUR MASSAGE
ECOLE SPA TERRA NOSTRA

INSCRIPTIONTION NEWSLETTER

BEAUTY TECH formations regard

GUIDE DES FOURNISSEURS

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.

Site développé par Webcréa s.a.r.l. | création graphique Kumquat