LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

De l’Aquagym à l’Aquacardioscult : tonifier son corps en glissant sur l’eau

| Métiers de la forme | Georges Margossian E-mail
AQUACARDIOSCULT2-650X217


INTERVIEW - L'Aquacardioscult, vous connaissez ? Ex-sportive de haut niveau et professeur d'éducation physique et sportive, Barbara Hélia a mis au point une méthode de remise en forme dans l'eau très tonique pour raffermir sa silhouette.

Profession Bien-être : En quoi l'Aquacardioscult se différencie de l'aquagym traditionnelle ?

Barbara Hélia : Tous les dérivés actuels de l'aquagym demandent aux pratiquants de poser le pied sur le fond de la piscine. Et cela change tout. Au contraire, la méthode que j'ai expérimentée il y a dix ans s'inscrit dans une démarche dynamique : dans un cadre plutôt ludique et convivial, en piscine, en lac ou en mer, on lutte sans soutien contre la résistance de l'eau, ce qui fait travailler profondément le corps. Mais pour obtenir des résultats, il faut associer à ces mouvements deux points d'ancrage : des haltères flottantes et une paire de mini-palmes.

A quoi servent-elles ?

Les haltères permettent de glisser plus facilement sur l'eau. On fait des petits moulinets avec les bras en alternative. Ils aident à avancer. Quant aux palmes, elles accompagnent les battements des jambes et offrent la possibilité d'effectuer des ondulations. Et surtout : elles évitent les mauvaises postures ! Les médecins ont compris que la brasse pouvait abîmer le dos, en accentuant les mouvements des bras vers l'arrière ou en bougeant les jambes de manière inappropriée. Cela passe par des postures qui ne focalisent pas tout le travail sur les épaules et l'avant du corps.

Votre méthode est plutôt sportive. S'adresse-t-elle à tous les publics ?

Oui, c'est très sportif. On couple le cardio avec la musculation du haut et du bas du corps. Une séance dure en moyenne 45 à 60 minutes. On dépense donc beaucoup de calories et on en ressent vite les effets ! Les sportifs y trouvent leur compte, c'est vrai. J'ai eu des triathlètes et des coureurs à pieds de haut niveau, mais il y a aussi un autre public.

Que peut-il en retirer ?

Quand j'ai mis en place cette méthode, j'avais été blessée à l'épaule. J'ai alors découvert que l'on pouvait travailler son corps à fond sans se blesser, car, dans l'eau, les exercices sont moins pénibles pour l'organisme. Il n'y a pas de contre-indications. Les différentes postures que j'ai réalisées permettent ainsi de se muscler, mais aussi de garder la ligne, de sculpter son corps et d'entretenir sa forme physique.

Où proposez-vous votre méthode ?

Dans une dizaine d'établissements : des piscines ou des centres de bien-être, comme le Spa Mosaïc de l'hôtel 5 étoiles Georges Blanc de Vonnas. Je fais des cours sur-mesure en individuel ou à des couples, avec enfants ou non. Bien sûr, j'ai dû adapter cette méthode à leurs profils en créant l'Aquazenscult, une approche plus douce avec de la musique douce et des étirements.

Vous avez sorti un livre en 2010*. Quelle est votre prochaine étape ?

La création d'une fédération qui regroupera tous les professionnels concernés. Parmi les membres fondateurs, nous aurons un chirurgien, un docteur en droit, un ostéopathe, deux kinés, des maîtres nageurs et deux avocats. Une licence accompagnée d'une formation à destination des enseignants sera aussi proposée.

Propos recueillis par GM.

* Aquacardioscult, Barbara Hélia, Editions Chiron, 2010.

 
 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

partenaires formation

INSCRIPTIONTION NEWSLETTER

MISENCIL

FORMATIONS

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.