LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Fitness et coaching ? Une tendance forte mais peu d’élus...

14/12/2011 | Métiers de la forme | Georges Margossian E-mail
COACH-FITNESS-600X200
 
 

VALERIE-GUICHARD-2-150X200INTERVIEW – Pour Valérie Guichard, coordinatrice pédagogique à l’Institut des métiers de la forme de Paris*, si le coaching fait rêver les futurs profs de fitness, le métier s’avère difficile. Mieux vaut donc s’y préparer à l’avance !  

Proguidespa.com : Quelles perspectives offre l’univers du fitness à de futurs animateurs ?

Valérie Guichard : Le secteur est en pleine évolution. A côté des clubs, des comités d’entreprise et des associations, qui recrutent des conseillers sportifs, le coaching est en train d’exploser. Les pratiquants recherchent de plus en plus une prise en charge individualisée, des cours collectifs moins dynamiques et du bien-être. Derrière cette tendance, on constate que leur santé les préoccupe davantage qu’autrefois. C’est pourquoi les clubs ajoutent de la gymnastique douce à leurs activités, du pilates, du yoga ou du qi gong, voire de la sophrologie, et des conseils diététiques, bien sûr, qui font aussi partie des services proposés.


Vous parlez de coaching. Est-il vraiment à la portée de tous les animateurs ?  

C’est une tendance forte, portée par une demande croissante pour des cours individualisés. Elle fait rêver beaucoup d’élèves. Mais n’est pas coach qui veut ! Et l’obtention d’un diplôme ne garantit pas le succès... Il est aujourd’hui encore très dur d’en vivre. Il faut de l’expérience et une grande capacité d’écoute. Au-delà du bagage technique, les aspects psychologiques de ce métier ne sont pas non plus négligeables, il faut savoir s’adapter à la personnalité de chacun, tout comme les capacités managériales du coach. Il faut aussi savoir se diversifier. Nous conseillons vivement d’approfondir ses compétences par de la formation continue ou la préparation d’un DE JEPS (Diplôme d’Etat de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport, ndlr). Le BP n’est qu’une première étape.  

En dehors du coaching, la perspective de pouvoir travailler dans d’autres pays européens est-il motivant pour vos élèves ?

Enormément. Beaucoup d’entre eux recherchent des postes en dehors de la France. L’IMF a d’ailleurs obtenu une accréditation européenne auprès de l’EHFA (European Health and Fitness Association), qui permet à ses élèves d’aller enseigner dans toute l’Union européenne. C’est un vrai confort pour eux, car, auparavant, ils pouvaient se trouver bloquer pour des problèmes d’équivalences dans certains pays.

Vous recevez 300 à 400 demandes par an pour 75 places. Quelles qualités doit posséder un bon éducateur sportif ?

En plus de ses qualités techniques, il doit avoir de réelles dispositions pour la communication. En dix minutes d’entretien, on voit tout de suite s’il peut transmettre de l’entrain, une énergie positive, de l’enthousiasme. La communication non verbale est essentielle dans ce métier. Si les gens préfèrent se rendre dans un cours particulier plutôt que dans un autre, cela tient souvent à l’énergie que peut dégager un animateur. Le charisme, l’autorité naturelle, ce sont de vrais atouts. On doit aussi faire preuve de rigueur et de professionnalisme. Dans un cours collectif, les niveaux ne sont pas homogènes et des personnes peuvent se blesser...

C’est un métier difficile ?

Oui. Quand vous signez, vous connaissez très bien les contraintes du métier. Des horaires décalés, des jours fériés pour les autres...  Mais ce qui est plus compliqué, je crois, c’est de maîtriser la gestion de l’effort. Il faut savoir le doser. Le corps est le principal outil de travail de l’animateur et il est énormément sollicité. Blessé, il devient un handicap. Il faut donc être soucieux de son hygiène de vie.

Propos recueillis par GM.

*L’IMF délivre, en collaboration avec le Club Med Gym, le Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport option « activités gymniques de la forme et de la force » (BPJEPS option AGFF).Un diplôme d’Etat accessible avec un niveau baccalauréat.

En savoir plus : Site Web de l’Institut des métiers de la forme

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

partenaires formation

WIKISPA

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.