LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Ostéopathie : les Français sont pour la réforme, même s’ils en ignorent les raisons

9/09/2015 | Métiers du toucher | Georges Margossian E-mail

01-osteopathie-23

Alors que certaines écoles recalées par le ministère de la Santé crient au scandale, un sondage commandé par la SFDO indique que, si la majorité des Français déclarent faire confiance au processus actuel d’agrément, les deux tiers en ignorent les enjeux…

Il est bien loin le temps où les ostéopathes exclusifs étaient qualifiés de «charlatans» par l’Académie nationale de médecine et poursuivis pour exercice illégal de la médecine. Depuis la loi Kouchner de 2002, qui en a reconnu le titre, et, surtout, depuis ses décrets d’application, en 2007, la discipline connaît un succès sans précédent.

Réalisé pour le compte du Syndicat français des ostéopathes (SFDO), à la pointe de la réforme qui a poussé le ministère de la Santé à rejeter 23 dossiers d’agrément, notamment des petites écoles, pour améliorer la qualité globale de l’enseignement, le sondage Odoxa le montre : près d’un Français sur deux (49 %) a consulté un ostéopathe au cours des cinq dernières années, contre 40 % il y a cinq ans.

Bonne nouvelle, donc, pour la profession. Sa cote auprès du public est au beau fixe : 88% des sondés font confiance aux ostéopathes «pour soulager leurs patients en toute sécurité», poursuit le sondage. Ce chiffre s'élève même à 94% parmi ceux qui ont consulté un ostéopathe au cours des cinq dernières années. L’étude souligne que ce sont principalement des catégories aisées (61% de CSP+) qui consultent, ce qui semble logique, dans la mesure où l’ostéopathie n’est pas remboursée par la Sécurité sociale. Les 25-34 ans (59%) et les femmes (53%) sont aussi très bien représentés.

Dès lors, et ce n’est pas le moindre des paradoxes de ce sondage réalisé « à chaud » en pleine polémique, on peut s’interroger sur l’intérêt de demander à des personnes pleinement satisfaites de la qualité du travail des ostéopathes ce qu’elles pensent d’une réforme dont elles n’ont jamais entendu parler…

Les deux tiers des sondés ignorent les «standards de l’OMS»

En effet, si plus des trois quarts des sondés (77%) déclarent faire confiance au ministère de la Santé et aux organisations d’ostéopathes «pour agréer les écoles candidates de manière objective», ils sont peu nombreux à en comprendre la nécessité : seul le tiers des personnes interrogées déclare savoir que la formation des ostéopathes «n’était jusqu’à présent pas conforme aux standards de l’OMS». Pour mémoire, l’Organisation mondiale de la santé recommande un nombre minimal d’heures de formation de 4 465 heures, soit cinq ans d’enseignement à temps plein.

Commentant ces résultats, dans une tribune mise en ligne mardi sur le site français du Huffington Post, le président de la SFDO, Philippe Sterlingot, se garde bien de rappeler cette contradiction. «Les Français ne sont pas dupes : ils ne se laisseront pas manipuler par les intérêts, notamment financiers, qui sont pourtant parvenus à conduire ces quelques écoles à contester devant les tribunaux des décisions ministérielles légitimes.», en conclut-il.

De peur, sans doute, que le ministère de la Santé ne lâche du leste devant les protestations. Pis, que la bonne image de la profession finisse par s’écorner devant la mise en œuvre à pas de charge de la réforme. D’autant que 40% des personnes interrogées dans ce sondage estiment que les écoles d’ostéopathie qui n’ont pas été agréées ne devraient pas cesser leur activité...

Sondage réalisé les 4 et 5 septembre auprès d’un échantillon de 1 002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus selon la méthode des quotas.

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

partenaires formation

INSCRIPTIONTION NEWSLETTER

DR HAUSCHKA

FORMATIONS

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.