LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

INSCRIPTION NEWSSLETTER
 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Ostéopathie : les syndicats appellent le gouvernement à la plus «grande fermeté»

19/07/2015 | Métiers du toucher | Georges Margossian E-mail

                                                     01-OSTEPATHIE DOULEURS

Face aux contestations émanant d'écoles d’ostéopathie récemment privées de leur agrément, sept organisations syndicales ont adressé mardi un courrier à la ministre de la Santé l’appelant à faire preuve de la plus «grande fermeté».

La réforme ne fait pas que des heureux. A l’issue d’une concertation engagée en 2013 par Marisol Touraine avec les organisations syndicales, une liste de 23 établissements agréés par le gouvernement a été publiée jeudi au Journal officiel. Soumis à de nouveaux critères d’évaluation, une dizaine d’établissements (sur un total de 37 dossiers) ont ainsi perdu leur droit à délivrer des diplômes.

Avec des frais d'inscription compris «entre 7 500 à 8 000 euros par an», «on touche là à des intérêts financiers importants», fait valoir Philippe Sterlingot, président du SFDO et partisan de la réforme. Sept organisations syndicales, dont la sienne, ont adressé mardi un courrier à la ministre de la Santé.

Rappelant que la commission chargée d'étudier les dossiers des établissements était «composée pour moitié des représentants des syndicats représentatifs de l’ostéopathie», elles invitent ses services à «maintenir la plus grande fermeté face aux réactions normales et attendues d’entreprises privées qui voient leur activité économique menacée».

Une rentrée difficile pour les écoles qui ont perdu leur agrément

Certaines font déjà entendre leur voix, à l'instar d'Ostéobio, école francilienne privée d'agrément pour 2015. Les arguments retenus contre l'école sont «fallacieux», assure son directeur adjoint David Dessauge, qui se dit victime d'une «cabale» et compte porter l'affaire devant la justice. «Nos étudiants sont paniqués», dénonce-t-il.

Même incompréhension au Centre d’ostéopathie Atman, basé à Sophia-Antipolis, près de Nice. «Le refus d'agrément porte sur quatre petits points administratifs techniques auxquels nous aurions pu aisément répondre. D'où notre demande de réexamen», s’étonne le vice-président Benjamin Verdeil, dans un communiqué.

En attendant, les étudiants inscrits dans des écoles qui ont perdu leur agrément risquent de passer une rentrée agitée, même si le gouvernement leur garantit des places «en priorité» dans les établissements agréés.

(Avec l’AFP)

SUR LE MÊME SUJET

Seules 23 écoles d’ostéopathie ont été agréées pour la rentrée 2015

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

partenaires formation

FORMATIONS

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.