LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

PHYTS 4-600X100
 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Gallinée, la start-up qui mise sur l’écosystème microbien de la peau

24/04/2018 | Produits | Marie Dürrenbach E-mail

GALLINEE

 

Néfastes à la santé, les bactéries ? Pas toujours. A l’heure où les chercheurs se penchent sur le microbiome cutané, ces milliards de micro-organismes qui peuplent la surface de la peau, une jeune marque a pris les devants en lançant une gamme de soins riche en (bonnes) bactéries.

«Vous êtes 50% de bactéries. Ce n’est pas une insulte.» Maria Drago, fondatrice de la marque, annonce la couleur ! Elle est même la première à communiquer de façon aussi explicite sur cet écosystème qui intéresse tant les chercheurs. On découvre, en effet, aujourd’hui, que les bactéries si décriées peuvent jouer un rôle bénéfique en protégeant et en régulant le système immunitaire.

Atteinte d’une maladie auto-immune, cette docteure en pharmacie de 38 ans adopte en désespoir de cause un régime alimentaire basé sur les pro et prébiotiques, qui améliore son état de façon spectaculaire. De là à penser que le microbiome digestif peut avoir un équivalent cutané… C’est tout un univers qui s’ouvre à la pharmacienne, qui entreprend alors de faire une thèse sur le sujet, encouragée par sa faculté.

La thèse en question va servir de base à la formulation d’un brevet portant sur une combinaison de prébiotiques (des nutriments naturels qui alimentent les bonnes bactéries), probiotiques (bonnes bactéries de la peau sous forme désactivée) et post-biotiques (produits des bonnes bactéries).  En 2016, la jeune femme décide alors de créer sa marque à Londres. 

Une routine beauté minimaliste

Le postulat de base est simple : soutenir le microbiome pour obtenir une peau idéale. Il s’agit donc de respecter le pH, autour de 4,5 à 5,5. Et de prôner une routine beauté minimaliste, sans trop décaper l’épiderme. Car la superposition de parfums, de conservateurs, d’huiles minérales, de silicones, de colorants, de tensioactifs agressifs favoriserait l’installation des mauvaises bactéries au détriment des bonnes. 

La gamme est courte : sept produits en tout : une mousse nettoyante, un masque et gommage visage, une crème visage hydratante, une crème mains, un lait corps et un sérum jeunesse.  Un véritable pied de nez à la vogue du layering à la coréenne ! Un virage difficile à prendre pour les marques cosmétiques traditionnelles.  

Mais l’initiative de Maria Drago n’a pas laissé insensible les grands groupes. En janvier 2018, Unilever a pris des parts dans sa société. Un investissement qui représente la première incursion du groupe dans les produits ciblant le microbiome, et qui permettra à la start-up d’étoffer son équipe, élargir sa gamme et financer sa recherche.  

Galinée, Masque et gommage visage, 25,90 le tube de 100ml ; Mousse nettoyante visage, 19,90 euros le flacon de 120 ml ; Crème hydratante visage, 49,90 euros les 30 ml ; Lait corps, 39,90 euros le flacon de 200 ml ; pain lavant, 10,90 euros les 100g ; Crème Mains, 16,90 euros le tube de 50 ml ; Sérum jeunesse, 59 euros les 30 ml. En vente sur le site de la marque et chez QVC. 

 

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

INSCRIPTIONTION NEWSLETTER

GESTION

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.

Site développé par Webcréa s.a.r.l. | création graphique Kumquat