LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

PHYTS 4-600X100
 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Chronique. Pourquoi la créativité est-elle nécessaire au spa manager ?

21/05/2018 | IDEES | Philippe Coulibaly E-mail

SDPA MANAGER CREATIF

 

Il est absurde d’opposer les managers aux créatifs, la raison à l’imagination, l’analyse à la création… L’alliance des deux est devenue nécessaire, non seulement à l’innovation, mais aussi à une meilleure compréhension de son environnement. Par Philippe Coulibaly. 

Une fois n’est pas coutume, j’aimerais introduire cette chronique par une anecdote empruntée à la culture japonaise et en tirer quelques leçons qui pourraient aider votre management au quotidien.

Dans le Japon de l’époque féodale, il y avait un peintre-laqueur dont la renommée s’étendait bien au-delà de son environnement proche. La réputation de ce peintre était telle qu’elle parvint aux oreilles d’un Daimyo (seigneur de la guerre) qui lui dépêche un émissaire avec pour mission de lui passer commande d’un tableau exceptionnel : un combat de coqs sur paravent laqué.

Séance tenante, l’émissaire se présente, avec un paravent vierge, dans la modeste habitation du peintre, en pleine campagne. Le peintre l’écoute attentivement et lui dit de revenir dans six mois, après avoir convenu d’un prix que l’émissaire considère comme très élevé pour ce travail, fût-il artistique. 

Six mois s’écoule puis l’émissaire revient. À sa grande stupéfaction, il constate que si le paravent a été fort bien laqué d’un noir profond et parfait, il n’y a rien d’autre ! Il se tourne fort irrité vers le peintre qui garde tout son calme en lui disant qu’il a fini la préparation de son tableau et qu’il va, maintenant, passer à l‘exécution de l’œuvre. 

Le processus créatif est souvent méconnu

Après une profonde concentration, en quelques coups de pinceau, dans une palette de couleurs flamboyantes, le peintre exécute la commande. L’émissaire, bien qu’impressionné par le résultat final exceptionnel de beauté, ne peut s’empêcher de signifier au peintre que le prix est fort onéreux, pour un travail aussi rapide, y compris eu égard à son modeste mode de vie. Le peintre le regarde, lui sourit et lui répond que c’est un prix fort honnête pour qui a passé six mois dans un poulailler matin, midi et soir pour observer attentivement des combats de coqs. 

Cette anecdote nous en dit bien plus sur la création artistique, les relations entre les hommes, le rapport à l’argent et aux apparences, les transactions marchandes, la création artistique que bon nombre de traités sur la question. Au fond, l’émissaire considère que le travail du peintre apparaît comme surpayé par rapport au temps passé pour l’exécuter. C’est méconnaître profondément le processus créatif dans sa globalité, car le résultat définitif est issu d’une préparation mentale, d’une observation très détaillée, minutieuse et rigoureuse. Quiconque aurait vu l’attitude du peintre pendant ses longues phases d’observation aurait pu considérer qu’il s’agissait de temps perdu ! En fait, au vu du résultat, il n’en était rien. 

Penser en dehors de schémas pré-établis

Cette histoire peut-elle être inspirante pour nos actes de management ? Oui, en ce qu’elle révèle que la créativité dont a fait preuve ce peintre dans son processus intellectuel est aussi à votre portée. Votre créativité peut être développée et vous êtes, par nature et par culture, un être créatif. Comme ce peintre qui tire profit de l’observation de scènes de la vie quotidienne, portez votre intérêt dans et hors votre périmètre professionnel, étendez vos champs culturels : techniques, arts, lettres, sports, société, voyages, pensée, politiques, autres civilisations, etc. 

Appréhendez le monde et les choses de façon lucide et critique. Donnez du crédit à vos idées et sachez les défendre contre les Cassandres de tous bords. Comme notre peintre, ne vous laissez pas déstabiliser par les remarques désobligeantes de l’émissaire sur la modestie de son mode de vie ou son courroux. 

Comme notre peintre, rassemblez à portée de main tous les éléments dont vous aurez besoin. Mettez-vous en condition : décontractez-vous, préparez-vous, quel est le sujet, quel est l’objectif, quels sont les risques et les bénéfices de vos actions, de votre plan ? Ayez une idée très précise de votre but. 

Imposez-vous un résultat dans un délai précis. Comme notre peintre et ses six mois de préparation avant le rendu de son travail. Dans certaines circonstances, vous ne bénéficierez pas, sans doute, d’autant de temps, malheureusement ! Sachez vous adapter.

Enfin, comme notre peintre, qui a d’abord préparé son paravent en de multiples couches successivement poncées et laquées avant de peindre sa scène finale, décomposez votre réflexion ou vos prises de décisions difficiles en plusieurs parties indépendantes que vous traiterez les unes après les autres dans un parfait emboîtement logique, ou non. La créativité, c’est aussi savoir penser en dehors de schémas pré-établis, rigides et contraignants.

 

01 COULIBALY 80X80BIO EXPRESS
Spécialiste du bien-être dans l'hôtellerie de luxe, Philippe Coulibaly a dirigé pendant dix-huit ans le Ritz Health Club, à Paris, après avoir été directeur d'exploitation des Thermes Marins de Saint Malo.

 

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

INSCRIPTIONTION NEWSLETTER

GESTION

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.

Site développé par Webcréa s.a.r.l. | création graphique Kumquat