LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

PHYTS 4-600X100
 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Christophe Gabreau : « Les salons ont besoin de se réinventer sans cesse »

14/11/2017 | Salons & Events | Siska von Saxenburg E-mail

CHRISTOPHE GABREAU

 

INTERVIEW. Les 19 et 20 novembre, Beauty Sélection fêtera sa 40ème édition au Parc Eurexpo de Lyon. L’occasion, pour son organisateur, Christophe Gabreau, de faire le point sur l’évolution de ses trois salons annuels. Avec, en 2018, un nouveau format à Monaco.

Profession bien-être :  Vous fêtez cette année quarante éditions et douze ans d’expérience. Pas mal pour ce qui était, à l’origine, un petit salon régional lillois…

Christophe Gabreau : J’aime l’étiquette de salon régional. C’est ce qui m’a séduit, au départ, dans la formule qu’avait créée Jean-Pierre Le Meur, en 2003. L’idée d’aller au-devant des professionnels de la coiffure et de la beauté, sur leur propre territoire, était nouvelle. Lorsque j’ai racheté l’entreprise, en 2006, j’ai tout naturellement étendu le rayon d’action du salon. Nous avons ainsi essaimé, au cours des années, à Lyon, Nantes, Metz, Bordeaux, Rouen, Strasbourg et Paris.

Vous avez aussi abandonné certaines villes. Pourquoi ?

Certaines villes se sont effectivement révélées plus intéressantes que d’autres, mais aucune ne s’est révélée un échec. Nous avons testé des territoires en permanence. Chaque région est différente, tant au niveau du métier lui-même que de la mentalité des professionnels. Les choses se sont définitivement positionnées fin 2013, lorsque Beauté Sélection a racheté le Mondial Coiffure Beauté. Nous nous sommes restreints à trois salons par an : Paris, Lyon et, en alternance une année sur deux, Nantes et Strasbourg.

Dès lors, le positionnement de chaque évènement a été clair et précis. Le Mondial Coiffure Beauté, à Paris, possède une connotation internationale, Lyon, une dimension nationale qui aborde tous les aspects de la beauté, de la coiffure au spa, en passant par le maquillage, l’amincissement les ongles, l’esthétique du regard et les barbiers. Enfin, Nantes et Strasbourg restent des éditions régionales, elles aussi sur le thème de la beauté globale, à qui le rythme biennal convient parfaitement.

Le salon de Lyon 2017 semble marquer une étape charnière ?

C’est vrai. Mais après tout, quarante éditions, cela vaut le coup de revenir sur le chemin parcouru et d’initier de nouvelles activités. Nous avons concentré nos efforts sur la beauté globale et pas seulement sur la coiffure. Nous avons ouvert largement nos portes au monde du bien-être et du spa, avec un espace de conférence et de rendez-vous experts, pour permettre aux porteurs de projets de ne pas partir à l’aveuglette dans leur création d’entreprise.

C’est dans le même esprit que nous ouvrons une zone dédiée à l’homme. Contrôle de soi, de son apparence, de son bien-être : c’est un public avide de nouveautés, stimulé par la vogue actuelle des barbiers. Ces derniers seront donc à l’honneur, avec des conférences dédiées, des démonstrations, un show international, des stars de la spécialité, un concours et des rendez-vous business.

Vous insistez beaucoup sur ces rencontres professionnelles…

Mais c’est l’ADN même de nos salons ! Nous avons voulu que ces événements soient les plus opérationnels possible. Les professionnels doivent y trouver des exposants de qualité, des innovations produits, mais aussi des réponses pour développer le plus rapidement possible leur activité. C’est l’occasion de rencontrer des experts, mais c’est aussi, pour les jeunes, la possibilité de se mesurer à d’autres professionnels lors des multiples concours organisés sur le salon.

Le visitorat ne s’y trompe pas, il augmente d’année en année. Nous attendons ainsi 26 000 professionnels cette année. Compte tenu du succès du MCB cette année, qui a attiré plus de 55 000 visiteurs, je pense que nous allons dépasser nos prévisions.

Comment fait-on évoluer un modèle qui fonctionne bien ?

Rien n’est jamais figé. Et cela concerne aussi les salons qui ont besoin de se réinventer sans cesse. Le salon de Strasbourg, fin janvier, devrait ainsi révéler quelques surprises, même s’il se déroule encore dans un cadre classique de salon professionnel.

En revanche, notre prochain format, un événement qui se déroulera à Monaco, en juin 2018, sera très différent de ce que nous avons organisé jusqu’à présent. Il s’agit d’une journée qui réunira des chefs d’entreprise et des intervenants du secteur, avec des rendez-vous pris à l’avance et un cycle de conférences très haut de gamme, réunissant des experts internationaux.

Propos recueillis par Siska von Saxenburg. 

 

 

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

partenaires formation

VETHIS INTERNATIONAL
ESI
AZUR MASSAGE
ECOLE SPA TERRA NOSTRA

INSCRIPTIONTION NEWSLETTER

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.

Site développé par Webcréa s.a.r.l. | création graphique Kumquat