LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Le Mondial Coiffure Beauté s’est ouvert dans un contexte de crise

24/09/2012 | Salons & Events | Georges Margossian E-mail
COIFFURE-33-650X217


« Nous devons composer avec une profession qui s'est atomisée, et cette évolution s'est souvent faîte au détriment de la qualité », a déploré Pierre Martin, le président de la Fédération nationale de la coiffure (NC), lors d'un point presse, lundi matin, au Mondial Coiffure Beauté, qui s'est tenu à Paris, à la Grande Halle de la Villette.

Premier constat : avec plus de 76 500 activités, dont environ 15 000 hors salons, le secteur commence à souffrir d'une concurrence accrue. Sur certaines zones géographiques, il existe même une « véritable saturation », souligne la FNC. Du côté de la demande, la crise favorise les arbitrages budgétaires. Les consommateurs se montrent plus exigeants et zappeurs. Ils espacent aussi leurs visites dans les salons de coiffure. Autant d'éléments qui pèsent aujourd'hui sur ces activités, fragilisées par le contexte économique.

Crise et concurrence ont un impact sur le chiffre d'affaires. « Depuis quatre ans, le marché de la coiffure a du mal à maintenir un rythme de croissance correct. », rappelle la FNC, qui reprend les données de l'INSEE pour 2011 : une baisse de 1,8% en volume et un maintien en valeur de 0,1% du chiffre d'affaires du secteur. L'an passé, plus de 7 518 fermetures d'entreprises ont été enregistrées, soit une progression de 12,6% par rapport à 2010.

La tendance est aussi à la réduction de l'effectif salarié. La Fédération constate une perte d'environ 3 600 postes salariés depuis deux ans (sur environ 110 000). Les effectifs moyens par salons employeurs sont passés de 3,01 en 2006 à 2,8 en 2010. Par ailleurs, la part des établissements sans salarié progresse vite depuis la création du nouveau régime de l'auto-entreprenariat (à peu près 10 000), note la FNC. Aujourd'hui, 48% des activités de coiffure ne comptent aucun salarié.

Enfin, la Fédération cite les résultats de l'enquête BMO 2012 (Besoin de main d'œuvre) : près de 62% des projets de recrutement sont jugés difficile par les employeurs, contre 51% dans l'enquête de l'année dernière. Des chiffres qui révèlent une inadéquation entre les demandeurs d'emploi inscrits en coiffure et leur employabilité. Plus de 35 000 jeunes suivent actuellement une formation.

 

LIRE AUSSI :
Crise : les professionnels de la coiffure veulent sensibiliser le public

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

partenaires formation

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.