LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

PHYTS 4-600X100
 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Mark Moloney : « Avec le Brexit, les marques vont devoir investir dans le marketing »

21/02/2018 | Salons & Events | Siska von Saxenburg E-mail

WSWCONVENTION

MARK MOLONEYOrganisée au sein du salon Professional Beauty, la 7e édition de la World Spa & Wellness Convention ouvrira ses portes dimanche, à Londres. Retour avec son créateur, Mark Moloney, sur cet événement qui a réussi, en quelques années, à devancer tous ses concurrents européens.

Profession bien-être : Cette année encore, vous annoncez que votre congrès va faire salle comble. Pourquoi cet engouement pour un évènement destiné a priori à un public anglo-saxon ?

Mark Moloney : C’est que, justement, il n’est pas destiné aux seuls professionnels britanniques, mais aux congressistes du monde entier. Le choix des conférenciers est ici primordial. Il y en aura plus de trente sur les deux jours. Nous accueillons des pointures dans le domaine de la gestion de spas et de centres de bien-être, comme Andrew Gibson, le vice-président Well-Being pour le groupe Accor, Neil Jacobs, le CEO de Six Senses, Marc Ellin, le président de Miraval Group, Jack Tang, le créateur d’Urban Massage, Hans-Peter Veit, le directeur du spa du Victoria Jungfrau, en Suisse, et Elke Benedetto, directrice médicale du Lanserhof Group.

Que peuvent y apprendre de nouveau les propriétaires de spas venus d’Europe du Nord et de l’Est?

Au niveau de la création des soins, pas grand-chose. En revanche, en matière de marketing, de management de spa, d’adaptation aux besoins des consommateurs et aux nouvelles technologies, sans doute beaucoup. L’originalité de ce congrès, c’est aussi notre approche très concrète du secteur. La plupart des spas européens ne font pas de bénéfices. J’ai donc voulu un événement qui permette aux managers de récupérer des idées pratiques pour améliorer leur chiffre d’affaires. Nous ne restons pas à la surface des choses. Notre valeur ajoutée est l’apport de chiffres et d’études, commentés par des experts qui partagent réellement cette expertise.

En matière de savoir-faire, existe-t-il beaucoup de différences entre le Royaume-Uni et le Continent ?

En fait, les secteurs de la beauté et du soin reposent sur un fonds commun. Les besoins des clients sont partout les mêmes. Pour preuve, nous avons dupliqué avec succès notre convention à Dubaï depuis quatre ans et nous retrouvons la même préoccupation chez nos visiteurs : la rentabilisation de leurs établissements.

Nous allons réitérer l’opération cette année en Thaïlande, car les professionnels asiatiques sont très demandeurs. Bien sûr, il existe déjà, à Dubaï et en Asie, de nombreux événements et conférences sur le sujet, mais très peu se consacraient à la rentabilisation des spas. Or, un spa rentable peut renforcer et améliorer l’expérience client. Et, du coup, attirer encore plus de consommateurs.

Vous organisez cette convention au sein de Professional Beauty, un salon professionnel consacré à la beauté. Spa et beauté sont à mettre sur le même plan ?

N’en déplaise aux puristes, le spa a toute sa place dans un salon consacré à la beauté. Avec ses 44 000 visiteurs et ses 800 exposants, Professional Beauty est aujourd’hui le plus gros salon du Royaume-Uni et se place dans les trois premiers salons européens. Il regroupe tous les secteurs de la beauté, qu’il s’agisse de cosmétique, d’ongles, de médecine esthétique ou de soins à la personne comme le spa. Au sein même du salon, on retrouve un forum qui met en contact fabricants et distributeurs, la World Spa & Wellness convention, qui s’adresse donc aux propriétaires de spas et de centres de bien-être, et de nombreux séminaires et workshops.     

Quelles seront à l’avenir les conséquences du Brexit sur votre activité ?

Le Brexit est un nouveau défi à relever. Beaucoup de nos exposants sont des distributeurs, et la faiblesse de la livre sterling a fait augmenter leurs charges de 20%. Certains de nos amis européens peuvent ne pas se sentir bienvenus en Grande Bretagne. Mais Londres sera toujours une capitale cosmopolite, prête à accueillir les entreprises et les talents venus d’un peu partout dans le monde. Paradoxalement, le fait que le Royaume-Uni sorte de l’Europe va sans doute se révéler bénéfique pour l’industrie. Les marques vont devoir prendre la distribution plus au sérieux et investir dans le marketing.

Propos recueillis par Siska von Saxenburg.

 

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

partenaires formation

VETHIS INTERNATIONAL
ESI
AZUR MASSAGE
FFMTR
ECOLE SPA TERRA NOSTRA

INSCRIPTIONTION NEWSLETTER

ABONNEMENT PBE 112014

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2016  Profession bien-être. Tous droits réservés.

Site développé par Webcréa s.a.r.l. | création graphique Kumquat