LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Prévention santé : un nouveau relais de croissance pour les hôteliers ?

5/06/2014 | Salons & Events | Siska von Saxenburg E-mail

VLADI KOVANICPour sa septième édition, le Forum Hôtel et Spa, qui se déroulera le 19 juin à Paris, à l’hôtel Four Seasons George V, a choisi comme thème fédérateur l’innovation dans le bien-être. Entretien avec sa créatrice, Vladi Kovanic.
 
Profession bien-être : Le vivier d'innovations technologiques que symbolise la Silicon Valley rejaillit sur tous les secteurs de l’économie. On a l’impression que les spas veulent, eux aussi, innover à tout prix… C’est un phénomène général ?

Vladi Kovanic : Oui, c’est vrai, et pas forcément sur le plan technologique. Prenez les cartes de soins. La première initiative d'un spa manager qui vient d'être engagé, c'est de vouloir créer de nouveaux soins signature, mais sans se préoccuper des vraies attentes de la clientèle, d’où la mode des cartes de soins pléthoriques. Or, ce que veut le client, c'est assez basique : un soin relaxant, et c’est un massage dans 93% des cas. Une nomenclature de trente soins ou plus va surtout semer la confusion dans son esprit, et donc multiplier le risque de déception.
 
Contrairement aux instituts de beauté, les spas semblent plus ouverts à l’innovation technologique. Estimez-vous, là aussi, qu’il y a une course un peu aveugle à la nouveauté ?
 
C’est plus compliqué. En matière de spa, l'innovation technologique, quand il y en a, doit s'inscrire dans un contexte particulier, à savoir le bien-être du client, sans jamais occulter les fondements du concept. Ce n'est pas toujours évident. Prenez tous les traitements Kneipp : autant les équipements, comme le couloir de marche, sacrifient à la nouveauté, autant les principes fondateurs restent les mêmes qu'au 19e siècle. De même, la façon de mettre en œuvre les bains de foin, dont l’origine remonte loin dans le temps, a donné naissance à des technologies modernes, comme les lits à enveloppement chauffant. Enfin, les bains de sable japonais ont inspiré aussi la table à sable quartz de Gharieni et les saunas japonais ont ouvert la voie au Iyashi Dôme.
 
Et en France, peut-on parler de « french touch » en matière d’innovation dans le spa ?

Difficile ! La partie prévention santé, qui, à mon avis, constitue l'une des innovations majeures du spa, est encore balbutiante en France. Pour en parler, j'ai fait venir des Suisses, plus en avance dans ce domaine, comme Jacky Maisonneuve, un vrai pionnier du "medispa naturel", et Fernand Donnet, président de Sophos Hotels. Pour ces deux spécialistes, la prévention santé ou la «destination santé» permettent d'accroître notablement la performance financière d'un hôtel. De façon générale, j’ai tendance à faire appel à des conférenciers venus d'horizons différents. Pour l'innovation, en matière d'architecture de spa, j'ai demandé à l'architecte new-yorkais Robert Henry de venir, ainsi qu’au groupe Goco, situé à Bangkok, qui s'est particulièrement consacré à l'intégration des composants du bien-être dans les spas.
 
Propos recueillis par Siska von Saxenburg. 

 
 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

partenaires formation

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.