LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Faire de l’aquagym ferait baisser l’hypertenson artérielle

7/04/2014 | Sante et Bien-être | Nicolas Desaje E-mail

On savait que l’aquagym pouvait avoir un effet bénéfique sur l’arthrite du genou. Cette fois, une nouvelle étude indique que, pratiquée dans une eau à 32°, elle pourrait aussi faire baisser la tension des personnes qui résistent aux médicaments. Elle a été publiée dans l’International Journal of Cardiology.

Réalisée par une équipe de chercheurs de l’Université de Sao Paulo, au Brésil, cette étude randomisée a été menée auprès de 32 personnes de 40 à 65 ans, dont la pression artérielle élevée n’avait pas répondu à au moins trois médicaments et qui ne pratiquaient pas régulièrement de l’exercice.

Les participants ont été répartis en deux groupes. Certains ont fait de l’aquagym dans une piscine d’eau chaude (32°), à raison de trois heures hebdomadaires, pendant douze semaines, tandis que d’autres ont poursuivi leur mode de vie habituel en suivant leurs traitements médicamenteux. Tous portaient un brassard de tensiomètre pour mesurer leur tension jour et nuit.

A long terme, réduction des risques cardiaques ou d’AVC ?

Au final, l’étude indique que la pratique d’exercices dans une piscine chauffée a permis au groupe aquagym de voir revenir la pression artérielle de ses participants à des niveaux considérés comme sains. Les deux pressions, systolique et diastolique, se sont réduites sur la période de 24 heures, le jour et la nuit, alors que, dans le groupe témoin, elles ont sensiblement augmenté au cours des mêmes périodes. Mieux, la durée des dépassements de la pression, au-delà du seuil admissible, s’est considérablement réduite chez les participants du groupe aquagym.

L’étude suggère aussi que cet effet puisse se prolonger après les exercices, ce qui permettrait sur le long terme de réduire les risques de crises cardiaques ou d’accidents vasculaires cérébraux (AVC). Mais ce travail marque surtout une première étape. D’autres études plus larges devront confirmer ces résultats. Sur son site, Santelog.com. indique que « les auteurs ne précisent pas si c’est l’eau, l’exercice, la température ou une combinaison de ces trois facteurs qui entraînent cet effet bénéfique. »

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

INSCRIPTIONTION NEWSLETTER

ÉQUIPEMENTS

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.