LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Pollution de l’air : 7 millions de morts en 2012, selon l’OMS

26/03/2014 | Sante et Bien-être | Nicolas Desaje E-mail

La pollution de l’air a causé 7 millions de morts dans le monde en 2012, indique une étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Des informations qui confirment le lien entre une exposition aux émissions polluantes et l’apparition de maladies cardiovasculaires.

«  Ces chiffres représentent plus du double des estimations précédentes et confirment que la pollution de l’air est désormais le principal risque environnemental pour la santé dans le monde », souligne l’organisation basée à Genève. Un constat alarmant qui repose aussi sur une meilleure évaluation de l’exposition humaine aux polluants présents dans l’air, précise l’OMS, faisant référence à sa précédente étude de 2008.

Pour le docteur Maria Neira, directrice du département de la santé publique à l'OMS, « les risques dus à la pollution de l’air sont désormais plus importants qu’on ne le pensait, en particulier en ce qui concerne les cardiopathies et les accidents vasculaires cérébraux ». Ainsi, l’organisation a établi que 40% des cardiopathies et des accidents vasculaires cérébraux étaient dus à la pollution atmosphérique extérieure. Viennent ensuite les bronchites chroniques (11%) et les cancers du poumon (6%).

Femmes, enfants et personnes agées
 
L’air vicié augmente aussi le risque de décès prématurés dans les habitations. En 2012, 4,3 millions de personnes en sont mortes dans les ménages cuisinant sur des réchauds à charbon, à bois ou à combustibles de la biomasse. Les premières causes de décès dus à la pollution intérieure sont les accidents vasculaires cérébraux (34%), les cardiopathies ischémiques (26%) et les bronchites chroniques (22%).

Au total, l'OMS estime à 4,3 millions le nombre de décès provoqués par la pollution de l'air intérieur et à 3,7 millions le nombre de décès dus à des sources urbaines et rurales dans le monde. « Un air plus propre permet de prévenir des maladies non transmissibles et de réduire les risques chez les femmes et les groupes vulnérables, y compris les enfants et les personnes âgées », assure le Dr Flavia Bustreo, sous-directrice générale de l'OMS chargée de la santé de la famille, de la femme et de l'enfant.

En première ligne, les pays à revenu faible ou intermédiaire dans la région Asie-Pacifique, avec 5,9 millions de décès prématurés liés à la pollution. A la mi-mars, l’alerte à la pollution aux particules fines déclenchée dans une trentaine de départements français a montré qu’aucun pays n’était à l’abri.

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

INSCRIPTIONTION NEWSLETTER

ÉQUIPEMENTS

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.