LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Qualité de l’air : les encens dans la ligne de mire du gouvernement

27/10/2013 | Sante et Bien-être | Nicolas Desaje E-mail
ENCENS-2-650X217


Bougies parfumées, encens ou santé, le ministère de l'écologie va trancher. Il a annoncé mercredi que des arrêtés d'interdiction sont à attendre dans les prochains mois. Première mesure : les encens qui émettent plus de 2 microgrammes par m3 de benzène vont être retirés de la vente.

Selon le « plan d'action d'actions sur la qualité de l'air intérieur », qui vient d'être rendu public, une campagne d'information devrait être lancée pour sensibiliser le public au « problème des fausses informations ». Dans la foulée, l'étiquetage devrait être revu pour les produits les plus polluants, notamment les encens, les bougies et les autres « masquants » d'odeur.

Des travaux en matière de normalisation sont déjà en cours sur les bougies, à l'AFNOR et au CEN, précise le ministère. Pour lutter contre les informations commerciales erronées, il est aussi prévu que l'Agence de sécurité sanitaire (Anses) soit saisie pour « compléter son expertise sur les systèmes dépolluants et évaluer les risques sanitaires associés à l'utilisation de sprays assainissants et autres produits censés purifier l'air. »

Le coût de la mauvaise qualité de l'air intérieur est estimé entre 10 et 40 milliards d'euros par an, dont 1 milliard pour le remboursement des médicaments anti-asthmatiques. Dans un rapport de 2011, l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) indique que « les encens sont beaucoup plus émissifs que les bougies et (...) leur utilisation semble présenter des risques même dans le cas d'un usage mensuel. » Avec des taux d'émission maximum, l'utilisation d'encens pourrait présenter des risques aigus, chroniques et cancérogènes, concluait-il.

La loi Grenelle 2 (12 juillet 2010) a rendu obligatoire la surveillance de la qualité de l'air intérieur au 1er janvier 2015 pour les crèches et les écoles maternelles, au 1er janvier 2018 pour les écoles élémentaires, au 1er janvier 2020 pour les centres de loisirs et les collèges et lycées, et au 1er janvier 2023 pour les autres établissements, comme les hôpitaux.

Voir le Plan d'actions sur la qualité de l'air intérieur

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

ÉQUIPEMENTS

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.