LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

PHYTS 4-600X100
 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Un nouveau traitement donne de l’espoir aux malades de l'eczéma

9/06/2018 | Sante et Bien-être | La rédaction de Profession bien-être E-mail

ECZEMA


Une nouvelle molécule qui semble efficace contre cette maladie suscite l’enthousiasme de l'Association française de l'eczéma. Alors qu’elle touche près de 2,5 millions de personnes en France, les préjugés ont encore la vie dure.  

«Non, l'eczéma n'est pas contagieux ! Non, l'eczéma n'est pas lié à un manque d'hygiène !», rappelait l'Association française de l'eczéma, le 9 juin, à l’occasion de la Journée nationale consacrée à la maladie. Des débats sur le sujet ont ainsi eu lieu à Paris, Bordeaux et Lyon, notamment pour combattre «les idées reçues», selon les organisateurs. 

C’était aussi l’occasion de parler d’un traitement prometteur, faisant appel à une nouvelle molécule, le dupilumab. Ce médicament, destiné uniquement aux adultes, est testé actuellement dans plusieurs centres hospitaliers français. Il devrait être disponible à grande échelle dès septembre, souligne l'association. Il fait partie des «biothérapies», «médicaments qui parviennent à la fois à cibler avec précision et à bloquer la molécule ou la cellule-clé». 

Une maladie handicapante 

Le nom de ce syndrome de la peau, qui se signale par des rougeurs et démangeaisons, recouvre trois affections. D'abord, la dermatite atopique, «maladie inflammatoire chronique (...) due à des facteurs héréditaires, mais aussi à des facteurs environnementaux encore mal compris», selon le Syndicat national des dermatologues. Elle se déclare le plus souvent dès les premiers mois de la vie. 

Ensuite, l'eczéma de contact, qui est le signe d'une allergie «donnant au départ une plaque d'eczéma localisé mais qui peut secondairement se généraliser». Enfin, l'eczéma chronique des mains. Sur le plan esthétique, les effets sont réellement handicapants pour les malades, notamment dans leur vie sociale : 17% des patients ont déjà été victimes de discriminations à l’embauche, indique l’association. 

«Les personnes atteintes sur le visage ou les mains sont gênées parce qu'elles ont l'impression que tout le monde les regarde fixement. Je conseille toujours aux patients d'essayer de glisser dans les conversations qu'ils souffrent d'eczéma, qui n'est ni infectieux, ni contagieux», témoigne la dermatologue Magali Bourrel-Bouttaz.

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

INSCRIPTIONTION NEWSLETTER

ÉQUIPEMENTS

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.

Site développé par Webcréa s.a.r.l. | création graphique Kumquat