LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Les noms des mauvais payeurs de fournisseurs seront rendus publics

30/09/2018 | SOCIAL & JURIDIQUE | La rédaction de Profession bien-être E-mail

MAUVAIS PAYEURS

 

Dans le cadre du projet de loi Pacte, les députés ont voté un amendement qui autorise l'administration à publier dans la presse les noms des entreprises sanctionnées pour des défauts de paiement de leurs fournisseurs.

D’inspiration anglo-saxonne, le «name and shame», qui consiste à «nommer et à couvrir de honte» une personne ou une institution, pour dénoncer publiquement des agissement, s’étend au monde de l’entreprise. Cet amendement défendu par la présidente de la commission spéciale de la loi Pacte, Olivia Grégoire (LREM), a reçu le soutien de la commission et du gouvernement.

«Nous devons montrer que nous sommes intraitables sur ces dérives. Il faut frapper les mauvais payeurs là où cela leur fait mal : à leur réputation», a plaidé Olivia Grégoire. Selon un député, le volume des créances représenterait aujourd'hui 200 milliards sur le marché français.

Bien que le rapport de l'Observatoire des délais de paiement pour l'année 2017 ait souligné une amélioration du délai de paiement moyen, les contrôles menés par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) montrent que certains secteurs restent particulièrement touchés par ces retards comme les transports, le BTP ou les produits alimentaires. 

Lutter contre les impayés

La loi du 9 décembre 2016 dite Sapin 2 avait déjà instauré la publication systématique des décisions de sanction infligées par l'autorité administrative sur son site. L'amendement renforce ce dispositif en précisant que l'autorité chargée de la concurrence et de la consommation peut publier la sanction prononcée sur son site et/ou dans la presse.

«Les citoyens pourront voir le nom de l'entreprise sanctionnée dans leur quotidien local. Je crois au caractère dissuasif de cette disposition car pour une société, il n'y a rien de plus précieux que sa réputation», a expliqué le ministre de l'Économie Bruno Le Maire pour qui l'enjeu de lutter contre les impayés est particulièrement important pour les PME françaises.

Avec l’AFP. 

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ISE-VOESH-PEDIINABOX
ABONNEMENT PBE 112014

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.