LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Dermopigmentation : comment la proposer à une clientèle masculine

18/05/2017 | Soins & Techniques | Siska von Saxenburg E-mail

 

DERMOPIGMENTATION HOMME


Une nouvelle clientèle en vue ? Le maquillage permanent n’est pas seulement réservé aux femmes. Les hommes peuvent aussi bénéficier des nouvelles techniques de dermopigmentation. A condition, toutefois, de leur offrir des prestations très ciblées. 

Proposer de la dermopigmentation à des hommes, l’idée peut paraître surprenante. On se dit que peu d’entre eux seraient intéressés par la prestation. De peur de paraître efféminés? «Faux ! La pression sociale sur l’apparence est telle, que les hommes s’intéressent de plus en plus à tout ce qui peut les faire paraître plus jeunes, plus expressifs, plus séduisants», s’insurge Maïté Vertisi, la fondatrice de Verthi’s International. 

Reste que leurs demandes sont différentes des exigences féminines. Il faut donc faire preuve d’imagination. Et trouver de nouvelles façons d’aborder la question. 

Une alternative à la greffe capillaire

Les médecins esthétiques, de leur côté, ont vite compris tout l’intérêt d’une telle technique. Ils la proposent aux femmes comme aux hommes, pour faire disparaître une cicatrice ou corriger optiquement une chute de cheveux. La pigmentation constitue une alternative séduisante à l’implant capillaire. Certaines cliniques se sont ainsi spécialisées dans la dermographie capillaire, avec des résultats spectaculaires sur des chevelures clairsemées.

Mais la beauté masculine ne s’arrête pas aux problèmes d’alopécie. Les femmes ne sont plus les seules, par exemple, à désirer un regard plus intense. En travaillant avec finesse et légèreté, on peut parfaitement réaliser, sur un homme, une restructuration de sourcil, une densification ciliaire ou un contour des lèvres. 

La technique est simple. On commence par l’épiler à la pince pour lui donner sa forme définitive. On utilise ensuite des aiguilles très fines avec un pigment adapté pour obtenir un volume naturel. 

Rendre un regard plus intense

On peut aussi intensifier la teinte. On choisit alors un pigment de qualité, car tous ne palissent pas avec le temps, certains s’intensifient. Les couleurs sombres sont plus stables, mais finissent par s’affadir. Bien sûr, il faut aussi adapter le dessin du sourcil selon la structure du visage du client et tenir compte de son implantation naturelle. 

Attention, il ne s’agit pas ici de féminiser le regard, mais de le rendre plus intense. Pour obtenir un effet vraiment naturel, on peut utiliser une nuance pour le dessin des poils et une autre, plus claire, pour la coloration de fond. 

On ne parle pas ici d’eye-liner. Pour 95% des hommes, on utilisera un pigment sombre pour densifier les cils, en piquant sur le bord de la paupière, entre les cils. Plus la ligne est fine, plus le résultat sera naturel et le regard intense. Pour cela, il faut veiller à travailler sur les yeux ouverts du client, et ne pas pigmenter, s’il les ferme.

Redessiner les lèvres avec légèreté

Un conseil : la main doit être particulièrement légère dans cette zone. Il s’agit de redonner de la précision aux lèvres, pas de les maquiller outrageusement. On travaille ici en ombrage et en tracé, avec une aiguille très fine. La couleur employée devra être la plus proche possible de la coloration des lèvres. Couleurs à éviter : le brun-rouge ou le rose vif. Bref, des teintes qui donneront l’impression d’une bouche naturelle.

Pour autant, la dermopigmentation n’est pas anodine. Bien que le pigment soit inerte, cette technique n’est pas recommandée pour les personnes atteintes de maladies auto-immunes ou ayant des problèmes d’allergie, un diabète insulino-dépendant, une insuffisance rénale, hépatique ou cardiaque, sous traitement anti-acnéique, comme le Roaccutane, voire sous anti-coagulants (aspirine) ou anti-inflammatoires (risque d’hématome).

Permanent, semi-permanent ou durable ?

C’est la question à laquelle vous devrez répondre. De façon générale, parler de «maquillage permanent», c’est aujourd’hui dépassé. On préfère évoquer un «maquillage longue durée» ou «semi-permanent», plus conforme à la réalité. En effet, à l’inverse du tatouage, l’encre n’est pas déposée dans les couches les plus profondes de l’épiderme, elle s’efface au fil du temps.

Dans ces conditions, la tenue de la pigmentation va dépendre de plusieurs facteurs. D’abord, de la nature de la peau, de son épaisseur et de son acidité. Si la personne est jeune, le renouvellement cellulaire est plus important : le pigment pâlira plus vite. Idem si votre client s’expose beaucoup au soleil. 

Enfin, la durée de votre prestation va aussi dépendre de la zone travaillée. Les sourcils sont les premiers à s’effacer : comptez à peu près un an. En revanche, les yeux et les lèvres sont stables pendant deux ans et peuvent tenir jusqu’à cinq ans.

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014
FLEXYBEAUTY-LOGICIEL DE CAISSE

GUIDE DES FOURNISSEURS

ÉQUIPEMENTS

GESTION

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.