LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

PHYTS 4-600X100
 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Spa managers : dernière ligne droite pour les favoris du Black Diamond Award

14/05/2018 | Spa Manager | Siska von Saxenburg E-mail

CANDIDATS BLACK DIAMOND 2018

 

Le 7 juin, le Forum Hotel & Spa, qui se déroule chaque année au Four Seasons George V, à Paris, décernera le «Black Diamond Award», récompensant le meilleur spa manager européen. Gros plan sur les six favoris de Profession bien-être.

Cette année, la compétition rassemble l’Allemagne, la Belgique, la France, l’Italie, Monaco, le Royaume-Uni et la Suisse.  Nous avons repéré parmi les douze finalistes, six candidats venus d’horizons divers, faisant preuve d’originalité dans le cadre de leurs fonctions. Ils nous semblent bien partis pour remporter l’épreuve. Leur point commun ? La passion de leur métier.

HANS PETER VEITEn poste depuis mai 2016 en tant que directeur Spa du Victoria Jungfrau Grand Hotel & Spa à Interlaken, en Suisse, l’Allemand Hans-Peter Veit avait déjà remporté un Black Diamond Award en 2009, alors qu’il dirigeait le spa du Brenners Park Hotel de Baden-Baden. Il y a également supervisé la création de la Villa Stéphanie, un spa holistique hyper-luxueux situé dans le parc du Brenners.

« Ce n’est plus un service exceptionnel »

«Aujourd’hui, le spa n’est plus un service exceptionnel pour l’hôtel. C’est un pré-requis. Il ne suffit plus à attirer les clients, et c’est bien ce qui pose problème aujourd’hui. Il lui faut une expérience originale, qui englobe à la fois la santé, la forme, le soin, la nutrition et même le coaching mental», explique ce spécialiste de l’hôtellerie de luxe.

CHRISTIANE DREXLERSa compatriote, Christiane Drechsel, a fait son apprentissage sur les spas de croisière. Elle y débute comme praticienne en cabine. Sa progression est rapide : elle est aujourd’hui responsable du spa management de six paquebots, avec deux reprises à superviser d’ici à la fin de l’année 2018 et deux ouvertures à prévoir en 2019. Mais le travail ne lui fait pas peur.

Pas question, pour elle, de changer de métier. «J’ai la liberté et la créativité pour tester de nouvelles idées. C’est un poste polyvalent qui me permet de m’épanouir professionnellement, de la réalisation d’un concept spa à la mise en œuvre opérationnelle. Je ne connais pas de métier plus passionnant et plus varié !», s’enthousiasme-t-elle.

ERICA DANGELO« J’ai vu beaucoup de tendances »

De son côté, l’Italienne Erica d’Angelo n’est pas issue du sérail, mais la «révolution Wellness», elle l’a vécue de l’intérieur. Diplômée de marketing, elle s’est très vite passionnée pour le bien-être et la cosmétique, quitte à transformer radicalement son corps en perdant 22 kilos ! Puis, après avoir tiré un livre de son expérience, elle se lance dans la carrière de spa manager.

Sa première expérience est concluante. Elle fait passer le chiffre d’affaires du spa hôtelier dont elle a la charge de 252 000 euros, en 2012, à 1,2 millions d’euros, quatre ans plus tard. Bref, la jeune femme, qui parle couramment cinq langues, n’envisage pas d’autre carrière. «C’est un domaine où j’ai vu évoluer beaucoup de tendances, comme le coaching de motivation. Car le bonheur n’est que la conséquence du bien-être et de la passion pour la vie. C’est ce que je tente de mettre en œuvre», assure-t-elle.

PATRIXIA KRITZINGERA Monaco, à la tête du Spa Cinq Mondes de l’hôtel MonteCarlo Bay, Patricia Kritzinger affiche, quant à elle, un parcours hôtelier impeccable. Depuis son premier job de réceptionniste à L’Hôtel Royal, à Luxembourg, jusqu’à son poste actuel, elle a travaillé comme agent de réservations, responsable d’hébergement et attachée de direction. Elle répond ainsi à ce que demande en priorité les directeurs d’hôtel de luxe : une parfaite connaissance des rouages hôteliers et une vraie maîtrise opérationnelle. Ce qui manque quelquefois aux candidates issues de la filière esthétique.

« On ne s’ennuie jamais ! »

HELENE HIRIGOYENSpa manager chez Deep Nature, où elle supervise le spa de L’intercontinental Opera et du Hyatt Madeleine, Hélène Hirigoyen avait d’abord envisagé une carrière de kinésithérapeute. Après avoir passé ses concours d’admission, elle décide d’une orientation plus esthétique. Elle passe un BTS en même temps qu’un CAP avant de suivre un bachelor en «spa management and luxury», avant de travailler comme praticienne dans plusieurs établissements de luxe et d’être nommée assistante spa manager. Sa motivation ? «On ne s’ennuie jamais ! Ce métier mêle à la fois le côté humain, le bien-être et la performance financière».    

SOPHIE DEMARETEnfin, la dernière candidate de notre sélection n’est plus vraiment une inconnue. Directrice du spa et des boutiques à l’hôtel Crillon, place de la Concorde à Paris, Sophie Demaret est sortie de la filière esthétique. Excellente praticienne, elle a su saisir des opportunités, faire des choix et surmonter des challenges.

Créatrice de protocoles pour des marques de cosmétiques, elle fait ses classes de spa manager au Trianon Palace à Versailles, avant de gérer le spa du Royal Palm à Marrakech. Elle revient en France pour l’Institut Orlane, à Paris, qu’elle ne quittera que pour rejoindre le prestigieux Crillon. Avec sa volonté de sortir des sentiers battus et sa connaissance du terrain, elle privilégie des marques et des prestations de niche, ainsi qu’une prise en charge qui unirait le médical à la beauté et au bien-être.

 

 

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

partenaires formation

VETHIS INTERNATIONAL
ESI
AZUR MASSAGE
ECOLE SPA TERRA NOSTRA

INSCRIPTIONTION NEWSLETTER

GUIDE DES FOURNISSEURS

GESTION

FORMATIONS

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.

Site développé par Webcréa s.a.r.l. | création graphique Kumquat