LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Cneth : la médecine thermale met le cap sur les réseaux sociaux

3/01/2012 | Thalassos & Thermes | Georges Margossian E-mail
THERMAZLISME-NANCY-600X200


Après sa campagne de communication destinée à changer l'image de la médecine thermale, le Conseil national des exploitants thermaux (Cneth) joue la carte du Web communautaire avec un site relooké et une présence sur les principaux réseaux sociaux.

Nouveau site, nouvelle image. Le site du Cneth version 2012 veut devenir le rendez-vous incontournable des « parties prenantes de la médecine thermale ». Les curistes y glaneront des infos pratiques, les sceptiques y trouveront des arguments qui les feront changer d'avis, des réponses seront aussi apportées aux médecins, avec des explications de professeurs, le détail des pathologies et des différentes études sur le sujet. Un lien vers Facebook permettra au Cneth d'échanger des informations avec un groupe d'internautes sur les cures et leurs bienfaits.

Dans la rubrique « Idées reçues sur la médecine thermale » de son nouveau site, la position du Cneth est claire : « le thermalisme a essentiellement une visée curative » et ses effets sont « reconnus médicalement ». Le préventif, rappelle le Cneth, c'est la thalassothérapie, qui « aide à retrouver le confort du corps notamment lorsque des personnes souffrent de problèmes de peau, d'allergies respiratoires ou ostéo-articulaires »... Le message se veut simple et percutant, même si la thérapeutique thermale ne fait toujours pas l'unanimité dans le monde médical.

Communiquer sur l'efficacité thérapeutique

Dans la bataille que le Cneth mène depuis plusieurs années pour convaincre du service médical rendu des cures thermales, l'opinion publique joue un rôle essentiel. Depuis 2010, l'expression « médecine thermale » a remplacé le trop vague « thermalisme »... Plusieurs sports publicitaires sont venus renforcer une campagne axée autour de l'efficacité thérapeutique des cures thermales. En association avec l'Afreth (association française pour la recherche thermale), la publication de nouvelles études est largement médiatisée, comme « Stop-Tag » (2008), qui met en avant le rôle des cures dans le traitement de l'anxiété généralisée ou « Maathermes », qui évalue le service médical rendu dans la prise en charge du surpoids ou de l'obésité (premiers résultats publiés en novembre dernier). Résultat ? Près de 505 000 curistes assurés sociaux en 2010, une fréquentation en hausse de 3,65%, qui devrait se poursuivre en 2011 à un rythme moins élevé.

Mais l'exercice n'est pas sans risque en termes de visibilité, alors que de nombreuses stations thermales se diversifient et deviennent un enjeu touristique. Comme le soulignait un récent rapport du Conseil national du tourisme, en novembre 2011, leur communication reste « fragmentée » entre deux axes distincts, le médical et le bien-être...

 

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.