LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Cures thermales de 18 jours : le compte à rebours avant 2012

10/06/2010 | Thalassos & Thermes | Georges Margossian E-mail

thermalisme-5Le nouveau millénaire a plutôt mal commencé pour le thermalisme français. Le nombre des cures thermales médicalisées de 18 jours a chuté de 10,6 % entre 2001 et 2008, avec 492 000 curistes assurés sociaux. La saison 2009 n’a pas fait exception, avec une baisse de près de 2% supplémentaire… Pis, les cures sont désormais menacées de déremboursement.

En octobre 2000, un rapport de l’IGAS (Inspection générale des affaires sociales) dresse alors un rapport accablant sur la situation du thermalisme, dénonçant « un secteur en déshérence, hétérogène et mal connu, régi par un cadre juridique baroque et dont l’intérêt thérapeutique est contesté. »

Un constat particulièrement sévère, car la France offre les soins thermaux les plus développés. Et les cures médicalisées représentent, à elles seules, plus de 280 millions d’euros de recettes pour les établissements. Au total, le chiffre d’affaires généré par les curistes et les accompagnants atteindrait près de 962 millions d’euros et 100 000 emplois directs et indirects, selon le Cneth (Conseil national des exploitants thermaux).

Les professionnels ont donc réagi. Par la diversification de leurs activités, mais aussi en s’engageant dans des programmes de recherche scientifique, avec l’Afreth (Association française pour la recherche thermale), qui dispose d’un budget annuel de un million d’euros et dont l’objectif est d’évaluer le service médical rendu par la médecine thermale.

L’Afreth a ainsi publié « Stop Tag », une vaste étude sur l’efficacité des cures thermales dans le Trouble Anxieux Généralisé. Actuellement, 25 projets sont en cours de réalisation, notamment sur les suites opératoires après un cancer du sein, le sevrage tabagique, l’insuffisance veineuse ou la surcharge pondérale.

Mais le temps presse. En 2008, le député UMP du Bas-Rhin Yves Bur proposait un déremboursement partiel de 65 à 35% et un renforcement de la prise en charge des cures thermales par les complémentaire. Son amendement fut rejeté. Courte accalmie : en 2012, la convention nationale thermale signée avec les caisses d’assurance maladie arrive à expiration…

 

LIRE AUSSI :

Spa et thermalisme : de la cure médicalisée aux massages bien-être
Spas thermaux : à la recherche d’un nouveau modèle économique ?
Thermalisme : vers le médical spa ?

 

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.