LOGO PBE RVB WEB
Le premier site
d'information
de l'industrie
du bien-être

PHYTS 4-600X100
 
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Le Parc des Alicourts : un pionnier sur le marché des spas de camping

19/10/2010 | Tourisme - Hôtellerie | Georges Margossian E-mail

Camping-Les-Alicourts-03941061004Sacré retournement ! En 2002, quand Evelyne Baudoin, propriétaire avec son mari du Parc des Alicourts, en Sologne, commence à réfléchir à son projet, elle était seule à croire aux vertus du bien-être pour son camping. Et celui-ci n’a rien d’un petit bout de terrain : 500 places, 260 hébergements locatifs, des cottages, des chalets, des cabanes dans les arbres...

« Les premières estimations financières faisaient peur ! », se souvient-elle. Mais elle s’accroche, tourne et retourne les chiffres, persuadée qu’il y avait là un formidable relai de croissance pour son activité. Et finit par lancer les travaux, qui vont durer deux ans. Le spa est lancé en mai 2007. Une première dans l’univers de l’hôtellerie de plein air. Tout y est. Un cadre magnifique, une qualité d’accueil haut de gamme et une excellente réputation, qui permet au camping de se passer de communication. La ligne commerciale ? « Au départ, l’objectif était simple : il fallait booster les séjours mid-week et week-end. », précise la propriétaire.

Un business plan trop prudent

Mais les Baudoin ont péché par excès de prudence. En deux ans, le spa atteint déjà son point mort. Le succès est tel que les deux malheureuses cabines de soin prévues initialement  ne suffisent pas à absorber les demandes. Il y a aussi plus gênant. « Beaucoup de choses n’allaient pas. Le suivi commercial de notre marque partenaire, l’incompétence de notre architecte en matière de spa... Il a fallu corriger le tir ! », reconnaît Evelyne Baudoin, qui planche sur un alicourts_balneo_400projet de nouvelle construction pour rallonger l’ouverture du spa.

« Aujourd’hui, il n’est pas possible d’envisager une ouverture toute l’année. Nous sommes en pleine campagne et chauffer 1 000 m2 pendant douze mois, c’est compliqué. » La solution ? Construire un espace entièrement dédié aux soins de 300 à 400 m2, moins coûteux à entretenir,  avec six cabines, de nouvelles installations et un cadre très luxueux. La date de son lancement est déjà fixée : avril 2011.

Coûteuse opération pour « lisser » la fréquentation sur l’année, alors que la saison des campings commence en avril pour se terminer en septembre ! Au total, le spa du Parc des Alicourts aura coûté la bagatelle de 2,3 millions d’euros.

Avec le recul, Evelyne Baudoin ne regrette rien. « Si nous sommes partis de la balnéothérapie pour ensuite proposer des soins, c’est que l’attente de la clientèle a évolué très vite entre 2007 et 2009. Et si un établissement ne suit pas, il régresse. » Message entendu par ses collègues. En essuyant les plâtres avant tout le monde, le Parc des Alicourts a tracé la voie.

LIRE AUSSI :
BalnéoCap : le marché du spa séduit le camping haut de gamme
Spa et camping : des propriétaires en quête de repères
Comment les campings haut de gamme comptent rentabiliser leurs spas

 

 

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE

ABONNEMENT PBE 112014

INSCRIPTIONTION NEWSLETTER

Qui sommes-nous ? | La rédaction | Mentions légales | Copyright | Nous contacter | Abonnement |Annonceurs | CGU | Plan du site

Copyright © 2004-2018  Profession bien-être. Tous droits réservés.

Site développé par Webcréa s.a.r.l. | création graphique Kumquat