Abonnement | Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Week-end mondial du bien-être : « Une incroyable médiatisation en Auvergne ! »

19/09/2019 | Salons & Events | Siska von Saxenburg

 

STEPHANE HUIN AUVERGNEINTERVIEW. L’Auvergne propose ce week-end une multitude d’activités, à l’occasion de la 3e édition du week-end mondial du bien-être, organisé simultanément dans cent pays les 21 et 22 septembre. Retour sur cette mobilisation exceptionnelle avec Stéphane Huin, coordinateur de l’opération.

Profession bien-être : Vous aviez déjà participé à l’opération «World Wellness Week-end» l’an dernier. Cette année, votre mobilisation est encore plus importante. A quoi l’attribuez-vous ?

Stéphane Huin :Il est vrai que sur les 18 stations membres de La route des villes d’eaux du Massif central, 17 ont participé sans réserve, et la dernière n’était juste pas en position de le faire cette année. Plusieurs raisons à cette participation massive. Tout d’abord, c’est un événement positif et joyeux, qui donne envie de s’occuper de soi, de bouger, d’adopter de bons réflexes. Et ce, que ce soit entre amis, en couple ou en famille.

Les réservations reçues depuis le début de l’été montrent que tout le monde a envie de passer un week-end bien-être et anti-morosité, pour mieux résister au blues automnal. La date de l’équinoxe d’automne, qui tombe le 21 septembre, est toujours un tournant de l’arrière-saison, où l’on veut encore profiter des derniers beaux jours.  

Mais je crois surtout que cette mobilisation vient d’une bonne préparation. Nous avions programmé très en amont, au mois d’avril, une réunion avec les stations, en compagnie de l’organisateur de l’événement, Jean-Guy de Gabriac. Cela nous a permis de guider les stations dans le choix de leurs activités. Elles se sont senties soutenues et on fait preuve d’une grande émulation.

La participation française à cet événement est plutôt languissante si on la compare à la participation internationale. Pourquoi, selon vous ? 

Il me semble que les pays étrangers sont plus habitués à des événements pro bono, à savoir : non commerciaux. Ils savent travailler ensemble pour faire passer des idées, des courants, des tendances, avant de penser à la récolte financière individuelle. C’est là que réside toute la force de l’Auvergne thermale : nous avons appris à travailler en réseau.

Le week-end mondial du bien-être est donc, pour nous, très important, car nous avons à cœur de faire participer tous les acteurs de la station, et pas seulement les thermes. Les différents intervenants apprennent ainsi à travailler ensemble, ce qui n’est pas forcément évident au départ. Nous l’avions déjà noté l’année dernière : il y a un effet post-week-end mondial du bien-être. Thermes, thérapeutes, restaurateurs et artisans ont appris à collaborer.

Votre programme fait preuve d’une inventivité exemplaire dans la conception des programmes. Pourquoi cette diversité ?

Si c’est pour proposer simplement un accès à prix réduit à des activités aquatiques, je ne vois pas trop l’intérêt de participer à un événement qui se veut une prise de conscience du bien-être. Alors, oui, nous avons quitté les sentiers battus : on pourra ainsi participer à un dîner sophro-ludique à Bourbon-Lancy, découvrir différentes méthodes de bien-être à Bourbon-l’Archambault, et peut-être trouver la sienne… Participer à un parcours accrobranche à Chaudes-Aigues, faire une descente en tyrolienne, et le tout, en peignoir !

Ou, plus classique, pratiquer une immersion dans l’Ayurveda, entre yoga, bol Kansu, modelage et gastronomie indienne à Evaux-les-Bains, découvrir la psychophonie à La Bourboule, le yoga du rire à Néris-les-Bains, pratiquer le bain à remous dans une voiture et faire la sieste sur fond de ronronnements de chat à Royat, méditer les pieds dans l’eau à Vic-sur-Cère, pour ne citer que quelques-unes des activités proposées…  

Quel est le point commun à toutes ces activités ?

C’est le peignoir, ai-je envie de vous dire, car j’ai de la suite dans les idées ! Toutes les stations organiseront, en simultané, le samedi 21 septembre, à 11h03, une activité emblématique en peignoir. Au programme : stretching, qi gong, taï chi, yoga zen, art martial ou encore descente en tyrolienne. Vous pourriez même aller faire vos courses en peignoir chez les commerçants de Bourbon-l’Archambault !

Concrètement, que vous apporte cette opération ?

Une incroyable médiatisation ! Nous avons eu de nombreuses retombées, et pas seulement locales. LCI programme ainsi une spéciale bien-être samedi matin. Il y a encore quelques années, il aurait été impensable de mettre en avant, non seulement le bien-être, mais aussi les villes d’eaux d’Auvergne, considérées comme peu attrayantes. Aujourd’hui, grâce à la création de notre association «Les Accros du peignoir» et au week-end mondial du bien-être, nous nous retrouvons sous les feux des projecteurs. Et cela nous encourage à continuer !  

Propos recueillis par Siska von Saxenburg. 

Créée en 1998, l’association intercommunale de la Route des villes d’eaux du Massif central regroupe 18 villes d’eaux sur 4 régions et 9 départements : Bourbon-Lancy, Bourbon-l’Archambault, La Bourboule, Châteauneuf-les-Bains, Châtel-Guyon, Chaudes-Aigues, Cransac-les-Thermes, Evaux-les-Bains, le Mont-Dore, Montrond-les-Bains, Néris-les-Bains, Royat-Chamalières, Saint-Honoré-les-Bains, Saint-Laurent-les-Bains, Saint-Nectaire, Vals-les-Bains, Vic-sur-Cère et Vichy.

Voir le programme complet, ici

 

Le site www.professionbienetre.com et les newsletters en accès illiité.

Retrouvez l'actualité en continu du secteur de la beauté et du bien-être. Chaque matin, la newsletter quotidienne vous alerte des principaux faits de votre secteur.

>> Inscription à la newsletter gratuite

>> Abonnement illimité et sans engagement