Abonnement | Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

MOF : les organisateurs veulent faire oublier les couacs de la dernière édition

3/10/2019 | Métiers de la beauté | Nicolas Desaje

 

La page est tournée ? Après les ratés de la 26e édition, le Coet, comité organisateur du concours «Un des Meilleurs Ouvriers de France» (MOF), joue désormais l’apaisement et rappelle, dans un communiqué, les réformes entreprises depuis un an. 

Créé en 1924 et organisé tous les trois ans, ce concours, toujours très attendu, symbolise à lui seul l’excellence de l’artisanat. Il est d’ailleurs considéré comme un diplôme d’Etat de niveau III depuis 2001. C’est aussi le seul titre délivré par l’Education nationale dont le référentiel métier est établi par des professionnels. 

A ce jour, la France compte entre 1 800 et 2 000 MOF en activité, pour quelque 232 métiers représentés. Les épreuves sont donc loin d’être une simple formalité. Elles sont même scrutées à la loupe par les anciens, qui veillent scrupuleusement à la qualité des sujets. En 2018, la Société nationale des Meilleurs ouvriers de France est ainsi partie en guerre contre le Comité d’organisation et des expositions du travail (Coet), chargé par l’Etat d’organiser les épreuves du concours.

Enoncé des sujets revus et corrigés par l’inspecteur d’académie, limogeage de certains présidents de classe, retards d’organisation… Une série de décisions a mis le feu aux poudres et fait descendre les Meilleurs ouvriers de France dans la rue à l’appel des «100 MOF en colère» devant l’Assemblée nationale, soutenus par le député du Loiret Richard Ramos (Modem). 

Faciliter l’accès des salariés au concours 

Depuis, le Coet a pris plusieurs mesures et il entend aujourd’hui le faire savoir. Alors que les candidats ont jusqu’au 17 janvier pour s’inscrire, les organisateurs annoncent, dans un communiqué, «des réformes qui devraient convaincre les derniers indécis à s’inscrire». L’une d’entre elles est l’ouverture du concours à un plus large public, en facilitant l’accès des salariés à des sources de financement. 

«Jusqu’alors, il était plus simple pour un artisan ou un chef d’entreprise de s’inscrire au concours, pour la bonne raison qu’il est seul responsable de la gestion de son temps et qu’il dispose de plus de fonds de financement qu’un salarié», affirme son secrétaire général, Jean-Luc Chabanne, cité dans le communiqué. 

Pour réussir cet objectif, les organisateurs veulent «s’appuyer davantage» sur les branches professionnelles dans la rédaction des sujets. «Terminé les sujets demandant trop de temps, trop coûteux et déconnectés de la réalité de l’entreprise sur le terrain !», soulignent-ils, ajoutant que les sujets ne devront pas excéder un budget maximal de 5 000 euros et un temps d’exécution de 450 heures de travail. 

Les épreuves débuteront en septembre 2020

Autre réforme : pointant l’an dernier des dysfonctionnements dans les contrôles, le Coet veut supprimer «certaines pratiques et habitudes litigieuses». Pour cela, «l’anonymat ne sera plus de mise», promet-il. «Il sera impossible d’être à la fois juge et partie, comme par exemple être à la fois membre du jury d’évaluation et de la commission des choix des sujets ou qu’aucun candidat ne soit de la famille, de l’entreprise ou ait été formé par un membre de jury», poursuit-il. 

Le concours est accessible dès l'âge de 23 ans, mais l'âge moyen se situe aux alentours de 37 ans, la plupart des candidats ayant entre 8 à 15 ans de métier. En revanche, il n'y a pas de «quota», mais le candidat ne décroche le titre que s'il obtient une note comprise entre 18 et 20. Pour la prochaine édition, les épreuves qualificatives se dérouleront de septembre 2020 à janvier 2021, les épreuves de l’œuvre finale, entre septembre 2021 et le 31 décembre de la même année. Quant à la remise des titres, elle est annoncée pour le première semaine de février 2022. 

SUR LE MÊME SUJET

→ Dernière ligne droite pour les Meilleurs Ouvriers de France

→ MOF : l’organisateur du concours annonce « quelques ajustements »

→ Manifestation des MOF : « Seul le ministre peut trouver des solutions »

 

Le site www.professionbienetre.com et les newsletters en accès illimité.

Retrouvez l'actualité en continu du secteur de la beauté et du bien-être. Chaque matin, la newsletter quotidienne vous alerte des principaux faits de votre secteur.

>> Inscription à la newsletter gratuite