Abonnement | Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Coiffure : les risques allergiques liés aux shampoings

17/10/2019 | Coiffure | La rédaction de Profession bien-être

En dépit de recherches menées en laboratoire pour améliorer leurs formulations, les shampoings, peuvent toujours provoquer des réactions. En cause, certains tensioactifs ou, bien sûr, la présence de conservateurs particulièrement allergisants.  

Si la période des préparations capillaires à base de laurylsulfate de sodium est révolue, ce puissant détergent sulfaté est encore utilisé mais «en association, de sorte que son action est toujours modulée», tempèrent des chercheurs dans une étude publiée l’an dernier dans les Annales de dermatologie et de vénéréologie. 

Et c’est une bonne chose, car ses effets avaient fini par inquiéter les médecins, générant de «sérieuses dermatites d’irritation» du cuir chevelu. «Cela est tellement vrai que le laurylsulfate de sodium est utilisé comme standard d’irritation dans de nombreuses études expérimentales», précisent les scientifiques. 

La plupart des shampoings sont formulés à partir d’un mélange de tensioactifs : l’association de ces molécules renforce ainsi le pouvoir lavant. En augmentant l’affinité des cheveux avec l’eau et le shampoing, ces derniers ont un pouvoir détergent, mais pas seulement. Ils sont aussi émulsionnant, moussants et anti-redépositions. 

La traque sans fin des allergènes 

La bétaïne de cocamidopropyle, par exemple, est un tensioactif amphotère (substance qui présente dans sa structure chimique une fonction à la fois basique et acide), utilisé en complément des agents lavants. Sa présence vise à réduire les interactions avec des composants biologiques, comme les protéines, et améliorer les qualités moussantes. 

Selon la revue de littérature citée plus haut, ce tensioactif se caractérise par un faible pouvoir irritant, notamment pour les yeux, contrairement au laurylsulfate de sodium. Problème : il possèderait un pouvoir allergénique non négligeable. La question fait toutefois débat dans la communauté scientifique. 

«Pour certains, ce n’est pas la cocamidopropylbétaïne, mais une ou plusieurs impuretés de synthèse, la 3-diméthylaminopropylamine, dont il resterait des traces dans la solution finale, qui constituerait le véritable allergène ; pour d’autres, les deux molécules sont allergisantes», expliquent les auteurs de l’étude.  

Dans le collimateur de Bruxelles

Les autres substances à risque allergique sont les conservateurs, dont la presse s’est fait largement l’écho ces dernières années. Et ils sont particulièrement nombreux dans les shampoings. Exemples : le formaldéhyde, les libérateurs de formol (imidazolidinylurée, diazolidinylurée), les iso- thiazolinones, le mélange méthylchloroisothiazolinone (MCIT)- méthylisothiazolinone (MIT), le phénoxyéthanol, le butylhydroxytoluène, le chloracétamide, etc.

«La plupart d’entre eux ont été́ incriminés dans l’apparition d’eczémas de contact allergiques siégeant essentiellement sur le front, la nuque, les sillons rétro-auriculaires et le cuir chevelu», relèvent les chercheurs. Responsable d'une véritable épidémie d’eczémas de contact allergiques, la méthylisothiazolinone (MIT) – tout comme le mélange MIT-MCIT - est interdite dans les cosmétiques sans rinçage. Dans les produits à rincer, sa concentration maximale autorisée a été abaissée à 0,0015% du produit cosmétique fini (règlement européen 2017/1224). 

 (*) Tennstedt D., Herman A., Lachapelle J-M., Annales de dermatologie et de vénéréologie, volume 145, numéros 8-9, août-septembre 2018, p. 521-531. 

 

Le site www.professionbienetre.com et les newsletters en accès illimité.

Retrouvez l'actualité en continu du secteur de la beauté et du bien-être. Chaque matin, la newsletter quotidienne vous alerte des principaux faits de votre secteur.

>> Inscription à la newsletter gratuite