Abonnement | Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Coiffure : il était une fois le peigne…

22/10/2019 | Coiffure | La rédaction de Profession bien-être

Des peignes, il en existe de toutes sortes : large et à denture épaisse, pour démêler, petits et maniables, pour séparer et lisser, dotée d’une fourche, pour crêper… Mais sait-on que cet objet qui nous paraît aujourd’huisi banal a aussi une très longue histoire ?

Si les cheveux se sont mis à raccourcir subitement au cours des années 1920, avec la coiffure à la garçonne, il n’en a pas toujours été ainsi. «Échafaudages» démesurés, coiffure à l’Espagnol, à la Mme de la Fayette ou à la Pompadour, en Dôme, montée ou avec un chignon haut… Les chevelures longues avaient alors un allié indéfectible : le peigne. 

Cet accessoire, traversant les époques et les continents, a d’ailleurs une longue histoire. «Faire-valoir» de la féminité, mais pas seulement, il était aussi utilisé par les hommes. Son usage quotidien en faisait un précieux instrument de lutte… contre les poux ! A l’époque gallo-romaine, on a ainsi retrouvé chez les Gauloisdes peignes avec un côté comportant des dents fines et très serrées, et un autre, plus large, servant à se coiffer. 

PEIGNE OS GALLO ROMAIN

PEIGNE OS EGYPTEMais le plus ancien peigne jamais retrouvé remonte bien plus loin. Mesurant 5x2cm, il aurait été déniché en Syrie et daterait de 8400 ans avant J.-C*. Sa valeur symbolique a aussi été mise en lumière. Par exemple, en Egypte, on fabrique des peignes ornés de dessins gravés représentant des animaux, comme cet objet orné d’un bouquetin, que l’on peut admirer au musée du Louvre .

PEIGNE OR SCYTHE

Le peigne n’a donc pas toujours été aussi anodin qu’aujourd’hui. Dans la Rome antique, il faisait partie de la corbeille où l’on mettait les éléments nécessaires au culte des dieux. Plus tôt, en Grèce, c’est un objet en or destiné à Athéna, patronne des lettres et des arts, qui a été façonné par les habitants d’Argos, à l’image de ce célèbre peigne d’un roi Scythe, découvert en 1913 près de Nikopol, en Ukraine. 

 

PEIGNE LITURGIQUELe peigne ne disparaît pas au Moyen-Âge. Son usage cultuel est mis en avant : il est ainsi destiné à peigner les hommes d’Eglise avant leur montée à l’autel, comme cet objet en ivoire, visible à à la cathédrale de Sens (Yonne), qui a appartenu à l’évêque dit Saint Loup (mort en 632), avec ses deux rangées de dents que sépare un tympan encadrant deux lions . 

Les grands de ce monde possèdent aussi des peignes en ivoire. On attribue ainsi cet objet à Marguerite de Flandre, duchesse de Bourgogne (fin 14e siècle - début 15e siècle), qui est exposé au musée de Cluny. Mesurant 20x10cm, il a été fabriqué dans les Flandres en argent et en or, avec les armoiries de Bourgogne, composées d’un lion et d’une fleur de lys 

PEIGNE MERIE DE BOURGOGNE

 

Le Moyen-Âge voit aussi l’éclosion d’une nouvelle corporation d’artisans, celle des «pigniers» ou «peigneux» - le «pigne» désignant le peigne en langue romane -, qui s’organise avec d’autres métiers utilisant les mêmes matériaux.* Les grands sites de fabrication, en France, se situent alors à Oyonnax (Ain), Ezy-sur-Eure (Eure) et, dans la vallée de l’Hers, entre l’Aude et l’Ariège. 

Os, corne, ivoire, bois, écailles de tortue, métal, plastique… Au fil du temps, les matériaux utilisés ont été de plus en plus nombreux. Vers la fin du 19e siècle, grâce aux progrès de la chimie, des matières synthétiques, plus faciles à travailler, vont être utilisées*. Parmi elles, la parkésine, le nom de marque donné par Parkes à un polymère, mais elle était instable et cassante, le celluloïd des frères Hyatt, qui devient un substitut de l’ivoire, le galalithe, l’acétate de cellulose, le rhodoïd et, à la fin des années 1920, de nouvelles matières plastiques de synthèse (polypropylène, polyamides)… 

(*) Martel J., Histoire du peigne, «Annales de dermatologie et de vénéréologie (2012) 139, 157-160. 

Le site www.professionbienetre.com et les newsletters en accès illimité.

Retrouvez l'actualité en continu du secteur de la beauté et du bien-être. Chaque matin, la newsletter quotidienne vous alerte des principaux faits de votre secteur.

>> Inscription à la newsletter gratuite